Pierrot Tintigner a retrouvé le sceptre de Grand-Maître de la confrérie de Folx-les-Caves

FOLX-LES-CAVES Pierrot Tintigner a beau être le nouveau Grand-Maître de la confrérie des champignons de Folx-les-Caves, rares sont ceux qui étaient étonnés de le voir tenir le sceptre inhérent à sa fonction lors du chapitre, samedi dernier.

Et pour cause : l'intéressé a déjà occupé ce poste durant quinze ans. C'était avant les 36 mois de Pierre Richir (un mandat normal) et les deux années de Mesdames Doneux et Haumont.

"Théoriquement, il n'y aurait pas dû avoir d'élection cette année mais, comme nous nous sommes aperçus que la formule avec deux Grands-Maîtres n'était pas idéale pour un petit groupe tel que le nôtre, on a revoté... et j'ai été élu", explique-t-il quelques minutes avant de descendre sous terre pour présider une réunion qui, comme de coutume, s'est déroulée dans l'humidité des grottes. "Mais, bon, ma charge principale n'est que d'introniser les gens. Je n'ai rien à dire de plus que les autres confrères. Je n'ai qu'une voix comme les autres."

Reste que ce retour au sommet était la seule nouveauté du chapitre puisqu'aucun nouveau membre n'a été intronisé. "Nous restons donc quinze", constate Pierrot Tintigner. "Pas de quoi s'inquiéter. C'est un joli nombre. Mais, bon, il est manifeste que recruter devient de plus en plus difficile. Peut-être les gens ne savent-ils pas en quoi consistent nos activités ?"

Sans doute ne connaissent-ils pas non plus le goût du mets défendu par le groupe. Suivant une recette transmise en 1886 par un marchand de lin français, il consiste en un champignon dont on enlève la queue. Celle-ci est ensuite mélangée avec du jambon blanc, des épices, de la chapelure et de la crème fraîche. Quant au goût que ça donne, il ne se décrit pas : il se vit.

G. H.

Cinq ans après avoir cédé sa place, Pierrot Tintigner redevient Grand-Maître de la confrérie des Champignons de Folx-les-Caves. (G. H.)