Les deux candidats organisateurs attendent la décision de l'UCI qui doit désigner le propriétaire de la licence ProTour

BRUXELLES La saison prochaine, le Tour du Benelux est inscrit au calendrier mondial de l'UCI du 19 au 26 août 2009. Mais aujourd'hui encore, personne ne peut dire qui organisera l'épreuve, mise sur pied il y a quatre ans et la création du ProTour, sur les cendres du Tour des Pays-Bas. Deux candidats sont en effet en course pour obtenir la licence ProTour, arrivée à échéance après un premier bail de quatre ans. D'un côté, le Néerlandais Henk Van Mulukom, ancien organisateur du Tour des Pays-Bas, de l'autre le sponsor Eneco, bailleur de fonds des quatre premières éditions de l'épreuve, associée à notre compatriote Rob Discart et la société de management Golazo (ex-Octagon). Normalement, l'UCI aurait dû rendre son verdict à l'occasion des Championnats du Monde de Varèse, fin septembre. Un mois plus tard, les deux parties attendent toujours.

Réponse à la mi-novembre

"Nous ne savons toujours rien, admet le Limbourgeois. Et cela devient de plus en plus embêtant. Je sais que la commission des licences de l'UCI a demandé à nos adversaires d'expliciter certains points de leur dossier. Normalement, la commission rendra sa réponse le 12 ou le 13 novembre."

La disparition du Tour d'Allemagne, dont le départ était prévu trois jours après l'arrivée du Tour du Benelux, laisse le champ libre aux futurs organisateurs.

"Je ne peux pas vous cacher que cela nous aiderait, évidemment", explique Rob Discart, également organisateur du Tour de Belgique ainsi que des Six Jours de Gand et d'Hasselt. "Il reste encore la Vuelta mais si nous obtenons la licence, nous demanderons à l'UCI d'avancer de quarante-huit heures nos dates d'organisation afin que la course se dispute d'un lundi au lundi suivant et non plus d'un mercredi à l'autre. Cela laisserait quelques jours de plus à ceux qui feraient les deux courses."

Cette année, Gilbert, Boonen ou Bennati ont quitté l'Eneco Tour à mi-course pour se rendre en Espagne.

"Je suis aussi conscient que nous devons rendre plus attrayante la course, dit-il encore. Je n'ai rien contre les sprints mais c'est vrai, le Tour fut un peu morose cette année. Il faut le corser. Ça veut dire que nous devrions rester au moins deux ou trois jours dans le Limbourg néerlandais et en Ardenne. Mais tant que nous n'avons pas la réponse pour la licence, je n'ose pas dessiner un tracé pour la prochaine édition. Or je sais par expérience que tout doit être ficelé avant la fin de l'année. Nous n'aurons guère le temps pour chercher des villes étapes."

Eric de Falleur

Qui organisera le prochain Tour du Benelux dont Tom Boonen (photo) a gagné cette année deux étapes ? Réponse bientôt ! (photo News)