LE CAIRE Le président égyptien Hosni Moubarak a exclu mardi la réouverture permanente du terminal de Rafah en l'absence de représentants de l'Autorité palestinienne et d'observateurs de l'Union européenne à ce point de passage entre l'Égypte et la bande de Gaza.

"Nous, en Égypte, n'allons pas contribuer à la consécration de la division en ouvrant le terminal de Rafah en l'absence de l'Autorité palestinienne et des observateurs de l'Union européenne, et en contravention avec l'accord de 2005", a déclaré M. Moubarak, dans un discours retransmis par la télévision publique. Pressé par le mouvement islamiste palestinien Hamas et le Hezbollah chiite libanais, notamment, de rouvrir sans conditions la frontière côté égyptien, M. Moubarak a affirmé s'en tenir à cet accord conclu en 2005, qui prévoit la présence de l'Autorité palestinienne et d'observateurs européens à ce seul point de passage entre l'Égypte et la bande de Gaza.

M. Moubarak a en outre appelé à l'arrêt immédiat des raids israéliens sur le territoire palestinien. "Nous disons à Israël que ses agressions sont rejetées et condamnées et qu'elles doivent cesser immédiatement." L'Égypte avait ouvert le terminal de Rafah samedi, au premier jour des raids, avant de le refermer pour empêcher des Palestiniens de forcer la frontière.