Stéphane Biakolo

Pas de quoi se leurrer

CHARLEROI Personne n'avait imaginé la sélection du jeune attaquant français de Milan (dont l'option d'achat à la fin de la saison dépasse les cent millions!) qui s'était intégré au groupe mais pas vraiment au football belge. En inscrivant un but d'une incontestable limpidité, il a répondu à l'appel de son entraîneur: J'avoue que cette titularisation que j'ai apprise sur le tard (NdlR: Enzo Scifo n'a dévoilé ses plans à ses joueurs que sur le coup de 16h) fut difficile à gérer, aussi bien dans ma tête que sur mes jambes. D'autant que nous n'avons pas bien joué au football. Certes ce premier but en championnat de Belgique me procure un immense plaisir mais il ne règle pas tous nos problèmes. Nous avons été coupables - moi en premier - d'un nombre excessif de pertes de balle. Je suis conscient que ma prestation s'est diluée au fil du match. Ce but me rassure et me rend quelque part heureux mais ne me leurre pas. Ce serait d'ailleurs une erreur de m'en contenter. Stéphane Biakolo est un sage. Il a marqué des points, aussi bien sur le terrain qu'en coulisses, car il a non seulement répondu à la confiance d'Enzo Scifo mais il a en même temps mesuré le chemin qu'il lui reste à parcourir. C'est tout à l'avantage d'un garçon de seulement dix-neuf ans qui a tout l'avenir devant lui. Son potentiel et sa marge de progression sont garants d'une éclosion.