BRUGES "Je n'ai jamais gagné le Tour des Flandres", dit l'ancien grand champion irlandais. "C'est vraiment une tâche sur mon palmarès. Trois fois, je suis passé très près de la victoire. En 1984 d'abord, je fini 2e derrière Johan Lammerts. J'ai appris plus tard que mes adversaires étaient de mèche pour me battre. Puis en 1986, j'étais de loin le plus fort mais personne ne voulait rouler. Quand on a abordé la dernière ligne droite, je me suis dit «je vais montrer à ces enfoirés que je peux aussi lancer le sprint de loin ». A 50 mètres de la ligne, j'ai commencé à coincer et à 30, je me suis dit "aie, aie, aie". Van der Poel était dans ma roue, il m'a débordé. L'année suivante, l'attaque de mon copain Criquielion faisait mes affaires. Je pensais que les Panasonic, qui étaient au moins trois dans le groupe, réagiraient, mais ils n'ont commencé la poursuite que très tard. On ne laisse pas 50 secondes au Crique. J'ai gagné le sprint pour la 2e place et j'ai encore râlé! Ce dimanche, je crois que la victoire se jouera entre un de vos trois compatriotes, Van Petegem, Museeuw et Vandenbroucke, car la distance joue dans leurs cordes.»

© Les Sports 2004