Deux ouvrages

de l'auteur verviétois

Guy Margraff

PETIT-RECHAIN Quel rapport entre côtoyer Jean Yanne, Nathalie Baye ou Anémone, rencontrer les Frères Taloche ou Raymond Devos, et vouloir écrire pour renseigner un certain public et en faire rire un autre? La réponse se trouve chez le Verviétois Guy Margraff (33 ans) qui vient de sortir, presque coup sur coup, un manuel sur la figuration au cinéma (Les rôles muets ont la parole) et un recueil de bien bonnes, Auto-dérisions.

Voilà sept ans que je fais de la figuration de petits rôles, mais il m'en a fallu quatre pour rencontrer des gens connus, interviewer des assistants réalisateurs, me dépêtrer dans un tas d'adresses à fournir pour ceux que cela intéresse, et enfin contacter un éditeur. Guy Margraff a tourné des petits rôles dans une douzaine de films, parmi lesquels Enfants de salauds, avec Jean Yanne, où il jouait un gardien de prison, et qui lui a laissé un souvenir épuisant: il est resté des heures sous les spots, en uniforme et dans une pièce étouffante.

Ces expériences lui ont fait rencontrer des gens passionnants, modestes, qui ne se prennent certes pas pour des vedettes: ce genre de figuration n'est, en effet, guère valorisante. Même la figuration dite active requiert de la patience, de la persévérance et de la modestie. Quant à dire des phrases, il n'y faut guère songe: les syndicats français interviennent en comptant les mots!

Son livre permet de découvrir tous les côtés pratiques de la figuration. C'est un véritable manuel à l'usage des amateurs désireux de tâter au 7e art.

À côté de cela, Guy Margraff avait déjà sorti un livre consacré à la presse verviétoise et il présente actuellement son recueil de gags préfacés par les Taloche et illustré par Alix Fridenberg. J'ai mis dix ans à récolter des bons mots, à transfigurer La Fontaine et à m'inspirer de Devos. Ce sont des textes un peu parodiques et surréalistes. Je m'amuse avec les mots. Guy Margraff, cependant, ne montera jamais sur scène: il ne se sent pas comédien.