Le point a été voté hier soir au conseil communal de Mons

MONS Hier soir, le conseil communal a enfin voté les travaux de restauration de la gare de Jemappes. Les autorités communales, fortes d'un subside de 50 millions de francs (1,24 million d'€), vont y créer une antenne décentralisée de police, restaurer la salle d'attente et créer un peu d'espace pour une fonction qui n'a pas encore été définie. Outre ce projet, la ville va acheter une balayeuse et va lancer un projet local de lutte contre la toxicomanie. I. Malaise (Ecolo) s'était interrogée sur l'intérêt d'acheter une balayeuse au vu des autres projets.

Elio Di Rupo a expliqué qu'après de longues discussions avec le ministre Charles Picqué, ce dernier avait enfin accepté l'idée qu'outre les grandes villes (Gand, Anvers, Bruxelles, Liège et Charleroi), des villes de moyenne importance comme Mons pouvaient également connaître de grandes difficultés sociales. Après de très nombreux mois de discussions, Charles Picqué a accepté - comme nous l'avions révélé récemment - d'octroyer 50 millions de francs à la ville de Mons. Nous avons décidé de le concentrer sur la commune qui souffrait le plus. Une fois le subside accordé, on nous a demandé de sortir un dossier définitif dans les 15 jours pour qu'il puisse encore être soumis à l'inspecteur des finances, ce qui permettait d'engager les montants. Le projet de rénovation de la gare était bouclé depuis longtemps, les deux autres étaient prêts aussi. Nous continuons à revendiquer un budget au moins identique pour l'an prochain. S'il nous est accordé, nous investirons la moitié pour la commune de Jemappes et l'autre moitié pour celle de Flénu. Nous avons encore d'autres projets et nous cherchons d'autres financements.

Un dossier à suivre.