Le Calidifontain

de Charleroi

est devenu philosophe

CHARLEROI Une réapparition furtive face à Beveren (une douzaine de minutes alors que le score de forfait était acquis) n'avait pas signifié le bout du tunnel. Guéri de sa blessure récurrente au bas du mollet, Ronald Foguenne s'est occasionné une inflammation à la voûte plantaire lors du stage en Turquie, celle-ci étant aujourd'hui résorbée.

Alors est-ce le vrai retour?

Si vous réalisez un feuilleton sur ma personne, intitulez ce nouveau chapitre: Fox, le retour 7e nous répond, malicieux, l'intéressé en employant le surnom par lequel ses équipiers s'adressent à lui. Faut-il déduire de cette réaction que le garçon est désabusé? Non, je ne verse nullement dans un quelconque découragement ou bien dans la sinistrose mais comprenez que ma situation a trop régulièrement été pénible. J'en suis sans doute devenu philosophe si bien que je préfère désormais me montrer prudent. Ainsi, je considère que je suis rétabli de toutes les anciennes blessures mais pas nécessairement de la suivante. Certes, je ne ressens plus rien mais le dernier contretemps en date a renforcé ma position en retrait de la réalité qui me fut trop souvent dure. Mon problème au pied ne fut que l'effet des précédents car il provint d'une surcharge pour un joueur qui doit constamment rattraper le temps perdu sur le plan musculaire au prix de gros efforts.

Le citoyen de Chaudfontaine (on a déjà eu l'occasion de le souligner, cela ne s'invente pas) préfère, par conséquent, goûter au moment présent: Chaque entraînement qui se passe sans dommage constitue un bonus. Je me dis le soir que j'ai traversé un jour béni.

On pourrait - devrait - donc revoir Ronald Foguenne ce samedi au Bosuil: Le fait est que je suis en manque de compétition. Je n'ai même pas eu l'occasion de récupérer du rythme en évoluant nonante minutes avec l'équipe réserve. Ma seule envie mais aussi mon besoin essentiel, c'est de jouer. Et le plus possible!

Si Enzo Scifo fait appel au Fox, celui-ci compensera ses inquiétudes persistantes par un formidable enthousiasme. L'éventualité existe d'autant plus que l'entraîneur de Charleroi, qui ne pourra aligner ni Dante Brogno, ni Sergio Rojas, ni même Luciano Djim pour n'employer que le seul Eduardo en pointe, tentera de donner une impulsion offensive au départ de l'entrejeu afin de soutenir l'attaquant brésilien.

Pas de problème, des éléments tels que Grégory Dufer, Dimitri de Condé, Dariousch Yazdani ou encore Ronald Foguenne en sont réellement tous capables.