En projet : 150 portraits sur les 250 mètres de mur de la rue du Sexe. Deux Bulgares s'y sont déjà collées

SCHAERBEEK Un collectif internationalement connu de peintres de rue belges, The kromasterZ, met la dernière couche à des tags très réussis de portraits de femmes. Ceux-ci ont ceci de très particulier, rue d'Aerschot, qu'ils représentent des prostituées du quartier Nord.

Les premières à avoir posé sont deux Bulgares de 20 et 23 ans. C'est peu dire que le résultat les enchante : il suscite déjà des envies et les demandes affluent. Mais comme il n'y a plus de place, Denis Le Moal, à l'origine de l'initiative, caresse le projet d'utiliser 250 mètres de mur (propriété de la SNCB) rue d'Aerschot pour y réaliser la plus longue fresque chaude du monde.

Dans son esprit, il n'y aurait bien sûr pas que des filles. Denis Le Moal confie qu'il a reçu des demandes d'au moins déjà quatre... policiers de la zone Bruxelles-Nord.

Le collectif TKZ qui réalise les premiers portraits de prostituée, a le soutien de la Politique des Grandes Villes. Il s'agit de portraits tout à fait décents. Hier, Maria et Mira étaient à ce point ravies qu'elles se faisaient photographier près de ceux-ci. Mais elles hésitent à envoyer les photos en Bulgarie. "Je compte demander d'abord l'autorisation des Chemins de fer", poursuit Denis Le Moal. "Je ne vois pas pourquoi la SNCB refuserait : vu l'état dans lequel ce mur se trouve, ce ne peut qu'être mieux."

On y ajouterait avec leur accord des portraits des quelques commerçants du quartier, des passants qui y promènent leurs chiens. Et pourquoi pas de clients qui le souhaiteraient, poursuit M. Le Moal qui affirme avoir déjà été approché en ce sens. Les artistes du collectif, Ortez, Twist, Wortson et Gicma, se déplacent régulièrement à l'étranger, jusqu'à Hong Kong. Un portrait leur prend quatre heures. Maria, Bulgare de 23 ans, est en Belgique depuis 2002. Mira, 20 ans, depuis l'an passé. Toutes deux expliquent qu'elles ont "davantage de clients". Selon Denis Le Moal, des automobilistes veulent connaître en effet le bar où elles travaillent.

Même Omar, l'agent de prévention du quartier Aerschot, considère que ces fresques apportent "une touche de convivialité". Pour l'instant, le projet de 250 mètres de fresque, qui permettrait 150 portraits, semble ne susciter que des avis favorables. Selon Denis Le Moal, quatre policiers et cinq ou six balayeurs de Bruxelles-Propreté accepteraient aussi de poser sur la fresque géante.Gilbert Dupont

Mira et Maria avouent recevoir davantage de clients depuis que leurs portraits ornent une rue du quartier chaud de Bruxelles. (demoulin)