Pionnière du biomimétisme en Europe, l’entreprise bruxelloise Greenloop a obtenu des subsides européens

La société Greenloop, créée en 2008 par Gauthier Chapelle, docteur en biologie, et par Gaëtan Dartevelle, ingénieur commercial, est spécialisée dans une technologie encore peu connue du grand public : le biomimétisme.

Concrètement , il s’agit de développer des technologies environnementales en s’inspirant de processus naturels. C’est ainsi que Greenloop a développé un moyen d’emprisonner le dioxyde de carbone. “Le CO2 est stocké par des bactéries qui le transforment en matière calcaire inerte pouvant être réutilisée comme matériel de construction”, précise Gaëtan Dartevelle.

Pour pouvoir continuer ses recherches et en tirer des applications industrielles, les entrepreneurs bruxellois avaient besoin d’une aide financière importante. Ils se sont tournés vers l’ABE, qui les a aidés à obtenir des subsides de la Commission européenne, via le 7e programme-cadre pour la recherche et le développement.

L’ABE a aidé les deux entrepreneurs à remplir les nombreux formulaires pour déposer la proposition de projet. “Ils ont l’expérience de ces propositions et ils nous ont dit de mettre l’accent sur l’aspect innovation.”

L’ABE a également aidé à diffuser la demande de partenariat. Greenloop a ainsi établi une collaboration avec cinq universités européennes.

Les aides de l’Europe étaient-elles indispensables au développement de la PME bruxelloise ? “Oui”, répond Gaëtan Dartevelle, “car le pouvoir public belge n’aurait pas mis plusieurs millions d’euros dans un projet à haut potentiel mais aussi à haut risque. Et puis, les expertises se trouvaient à différents endroits.”

Même si le processus pour obtenir les aides européennes peut sembler lourd, l’ABE estime que les PME doivent malgré tout tenter leur chance. “Le but pour ces PME est de transformer ces machines administratives en de réelles opportunités de business”, explique Alexandre Bonnyns, de l’ABE.

Pauline Deglume

Greenloop collabore avec cinq universités européennes pour développer sa technologie.bauweraerts