SAINT-PÉTERSBOURG Il faut remonter à 1988, et les Jeux de Séoul, pour retrouver trace d'un escrimeur belge aux Jeux. Le fleurettiste déjà! Thierry Soumagne, francophone de Gand, avait perdu dans le tableau de 16, lui qui avait atteint les quarts de finale à Los Angeles quatre ans plus tôt. En se qualifiant hier, Cédric Gohy est seulement le quatrième Wallon à être qualifié pour ces Jeux-ci après Justine Henin, Jean-Michel Saive et Laurence Rase. Entré par hasard avec sa maman dans une salle d'armes alors qu'il avait 7 ans, Cédric mordait immédiatement à l'hameçon. Très rapidement, son talent s'affermit aux côtés d'entraîneurs de renom comme Patrick Hittelet. Prêt à tous les sacrifices, le jeune homme acceptait le défi que lançaient les président (Alexandre Walnier) et directeur technique (Jean Colot) francophones: participer aux Jeux Olympiques. Plus de dix ans après, le travail de Colot a porté ses fruits et, à 29 ans, Cédric Gohy va pouvoir réaliser son rêve.

© Les Sports 2004