Albert Frère collectionne les sociétés plutôt que les interviews

PARIS Dans son bureau, Albert Frère possède deux tableaux de Magritte. Un point commun entre ces deux illustres Belges: l'un et l'autre n'ont jamais aimé parler d'eux-mêmes ni de leur oeuvre.

De fait, rares sont les interviews accordées par le Carolo où il s'abandonne aux confidences.

Le journaliste Jose-Alain Fralon avait intitulé la biographie qu'il lui a consacrée Le fils du marchand de clous. Mais l'enfance d'Albert Frère il est né en 1926 à Fontaine l'Evêque n'a rien d'un roman de Zola. Son père, bien que ferrailleur, était un commerçant aisé, qui laissa, il est vrai, son fils orphelin à quatre ans.

Albert Frère se maria en premières noces avec Nelly Poplimont, la mère de son fils aîné, Gerald, âgé aujourd'hui de 54 ans et successeur désigné de son père.

En second mariage, Albert Frère a épousé Christine Henning, qui lui donna deux enfants: Ségolène, 29 ans, dont les noces ont été célébrées voici deux ans avec un faste princier, et Charles-Albert, décédé à l'âge de 19 ans, en avril 1999, dans un accident de voiture.

Si cette tragédie aura assombri les dernières années du financier belge, devenu baron en 1994, elle n'a pas modéré sa boulimie de travail. Levé à 5 h 30 tous les jours, même le dimanche, il est au bureau à 8 h. «Je suis très bien organisé. Cela me permet d'effectuer une foule de choses tout en m'amusant, car mon travail est ce qui m'amuse le plus.»

Naguère amateur de tennis et de chasse, il se consacre désormais surtout au golf qu'il aime pratiquer du côté de Knokke-Le Zoute.

Albert Frère a une autre passion: le vin. N'a t-il pas cassé sa tirelire pour se rendre propriétaire de l'un des plus grands noms du bordelais, le château Cheval Blanc?

On le qualifie de matérialiste apatride. Dans le bouquin de Fralon, Albert Frère se proclame «très croyant» et a toujours affirmé se battre dans l'intérêt de la Belgique.

En dehors de son quartier-général de Gerpinnes, le baron possède un avion privé, une villa à Saint-Tropez et un appartement avenue Foch. Sa fortune personnelle est estimée à un milliard d'euros. Il a ses entrées dans les clubs privés parisiens les plus huppés. Il a côtoyé les grands de ce monde, de Diana à Poutine. Malgré cela, ses amis affirment qu'il n'a jamais adopté le style de vie d'un vrai nanti. «Il est faux de dire que je suis l'un des hommes les plus riches d'Europe. Je ne peux pas dépenser sans compter. J'ai un style de vie assez simple. Je ne suis pas très mondain et j'évite les réceptions.»

© La Dernière Heure 2005