André Manoukian s’attaque au plus vieux des thèmes qui soit. Avec des titres de Gainsbourg, Cabrel, etc.