L’hôtel Dewez lève un coin du voile sur les ordres francs-maçons, initiés il y a 300 ans

BRUXELLES Qu’est-ce qui unit pour l’éternité les Jef Lambeaux, Hugo Pratt, Émile Littré, Achille Zavatta, Jean Sibelius, Duke Ellington et Casanova ? La franc-maçonnerie, une communauté qui, au 1er avril, s’ouvrira au monde, par l’entremise d’un temple muséal, au 73, rue de Laeken, derrière De Brouckère.

“Il existait au 79 de la rue”, corrige le conservateur du nouveau musée belge de la Franc-maçonnerie, Isy Brachot. “Nous n’ouvrions que le jeudi, entre 14 et 17 h. Et l’on recevait 5.000 visiteurs par an…”

Ici, en l’hôtel Dewez , merveille néoclassique du XVIIIe, retapée à gros frais (“Tout compris, le projet fait 11 ou 12 millions”, chiffre le président du site, Henri Bartholomeeusen, rien d’autre que l’ex-grand maître du Grand Orient de Belgique), les visiteurs débouleront du mardi au samedi, entre 10 et 17 h – de 10 à 13 h pour les groupes. Dont coût ? 6 € par tête de pipe.

Unique au monde, ce musée ! Pourquoi ? Les obédiences, ces quatre “puissances adogmatiques”, en sont. Et, bien sûr, une vitrine d’une société, par nature, discrète… ça ne passe pas inaperçu. “Nous n’avons pas à rougir de nos valeurs”, avance Henri Bartholomeeusen, favorable à l’“extériorisation”. Entrebâillons les portes du temple...

D’entrée, non-initiés et initiés tomberont en arrêt devant 17 tapis dits du Marquis de Gages, des perles de rituels, cédées par La Parfaite Union Montoise.

Face à l’exceptionnel ensemble, une prime édition des Constitutions d’Anderson, fondatrices de la franc-maçonnerie, publiées en 1723. “Nous cherchons la vérité en nous-mêmes, à la lumière de notre conscience.”

Ce précepte se décline en couloir initiatique, bijoux, décors, etc. “Une infime partie du trésor…” Mais exposé à la mode didactique. En quatre langues !

Guy Bernard

en savoir plus

Musée belge de la Franc-

maçonnerie, 73, rue de Laeken

www.musuemmacionicum.be

Le rez-de-chaussée du 73, rue de Laeken, où trône le musée, met sur la place publique pas mal de raretés, tel le vitrail ci-dessus, légué par un pharmacien. Mais sans tout dévoiler !