Pour la première fois, l'animateur de la RTBF accepte de parler ouvertement de son homosexualité

BRUXELLES Si la pratique du coming out, qui consiste à dévoiler au grand public son homosexualité, est plutôt courante en France (cela fait longtemps que Laurent Ruquier, Pascal Sevran ou encore le maire de Paris ont fait état de leur penchant pour les hommes), on en est encore loin en Belgique. Pourtant, pour la première fois, Thomas Van Hamme a accepté d'évoquer le fait qu'il est gay. Dans une interview à Zone 02, il parle ainsi de sa relation avec son copain. «Il travaille dans la finance et il me remet souvent les pieds sur terre. Je suis très amoureux.»

Dans le petit monde des médias, l'homosexualité de Thomas Van Hamme n'avait rien d'un secret. L'animateur n'a jamais cherché à dissimuler quoi que ce soit. Mais il n'avait jusqu'ici pas souhaité en parler dans la presse. Choix que nous avions évidemment toujours respecté. «Je n'ai jamais rien eu à cacher, mais je n'avais pas envie d'être étiqueté, qu'on me résume uniquement à ça», nous a-t-il expliqué hier. «J'estimais que cela relevait de ma vie privée, d'autant que je ne suis pas militant. Mais, désormais, j'ai 35 ans. J'ai estimé que c'était le moment d'en parler. Autant être honnête avec soi-même. Même si c'est quelque chose qui n'est pas facile à dire. Il m'a fallu du temps. Ça a été le fruit d'une longue réflexion. Il y a toujours la peur d'être rejeté par certains. Mais on est en 2005 et je pense que c'est désormais quelque chose de bien accepté par la plupart des gens. Je suis juste désolé pour toutes les filles qui étaient amoureuses de moi (rires) »

Reste que faire son coming out n'est jamais une chose aisée. «Heureusement, j'ai eu la chance que ça s'est super bien passé à l'époque où je l'ai révélé à ma famille. Mon père (l'auteur de BD Jean Van Hamme, NdlR) a été formidable. Il m'a dit que l'important, c'était que je sois heureux. Ça m'a beaucoup aidé.»

Pourtant, il y a trois ans, Thomas avait reçu des menaces d'extrémistes homosexuels, qui voulaient révéler dans la presse qu'il était gay! «J'avais animé un débat sur l'homosexualité dans L'écran témoin et ces gens me reprochaient de ne pas avoir fait mon coming out. Je ne vois pas pourquoi j'aurais dû. Dans ce genre de débat, l'animateur doit rester neutre. Je trouve ce type de méthode dégueulasse. C'est du terrorisme!»

Aujourd'hui, Thomas a décidé lui-même du moment et de la façon de faire son coming out. Et il en semble ravi. «Je pense notamment que c'est une bonne chose pour le grand public que j'ai l'image de Monsieur Tout-le-Monde. Les gens vont se rendre compte que les homos ne sont pas que des folles. Qu'on est très différents de la caricature qu'on voit dans Queer. Il n'y a rien de croustillant dans mon histoire. Avec mon ami, je mène une vie on ne peut plus pépère, comme n'importe quel couple.»

© La Dernière Heure 2005