Sports Adaptés

Le Belgian Open se tient jusqu'à dimanche à Namur

JAMBES Depuis l'entame de la semaine, pas moins de septante joueurs moins valides en décousent dans les installations du TC Géronsart où ils prennent part à un événement dont la renommée dépasse largement nos frontières.

Réservé aux joueurs et joueuses moins valides, entendez qui se déplacent en fauteuil roulant, le Belgian Open suscitera l'intérêt jusqu'à dimanche, journée réservée aux finales des principaux tableaux.

Bien plus qu'Esther Vergeer, une Néerlandaise qui tentera de décrocher son dixième sacre en simple dame, un Belge espère avoir l'occasion de s'illustrer jusqu'au stade ultime : Joachim Gérard. Celui-ci disputera les quarts de finale du tournoi namurois cet après-midi face à la tête de série n° 1, l'Américain Maikel Scheffers.

Pour le Brabançon, qui fait partie des trois joueurs présents sur le circuit, il s'agit déjà d'une huitième participation. "C'est important de se produire à domicile, en Belgique", dit ce 17e mondial, en partance pour les Jeux Paralympiques. "Cela accroît la volonté. Ce type de tournoi permet de démontrer que la Belgique peut compter sur de bons joueurs qui pour leur part ont l'occasion de se mettre en évidence."

Et, au surplus, de trouver les partenaires qui permettront d'entretenir les rêves les plus fous, telle une participation aux Paralympiques. "Cela ne se bouscule pas aux portillons, bien sûr, parce que nous souffrons principalement du manque de médiatisation. Personnellement, j'ai la chance de compter sur le soutien de Sports Entreprises Wallonie-Bruxelles. Cette ASBL m'apporte une aide non négligeable. Tout le monde n'a pas cette chance. Je pense que, si ce problème pouvait être résolu, cela nous permettrait de progresser. Bien sûr, nul ne deviendra une star du tennis en fauteuil roulant. Par contre, ça donnerait un adjuvant moral de plus aux petits jeunes qui arrivent."

Pourtant, soyez assurés que par rapport aux joueurs valides, les moins valides subissent les mêmes contraintes financières et techniques auxquelles il convient d'ajouter celles inhérentes au handicap.

Cédric Bouillon

Plus que l'envie de se mettre en valeur, Joachim Gérard veut mettre les facettes du tennis en fauteuil en avant. (C.B.)