Tout le Standard et quelques anciens du RFC Sérésien lui ont rendu un dernier hommage

SERAING Le destin a donc brutalement arraché Francis Nicolay à la vie samedi dernier. A 58 ans, celui qui fut à la base de l'éclosion du RFC Sérésien avec Gérald Blaton, a quitté ses proches en laissant un énorme vide derrière lui. Cet homme sympathique n'a jamais ménagé son ardeur pour faire du club qui l'employait un porte-drapeau du football wallon. Tant à Rocourt comme joueur, qu'au Pairay et qu'à Sclessin en tant que dirigeant compétent, Francis Nicolay aura marqué d'une empreinte indélébile son passage dans les trois plus prestigieuses équipes de la Province de Liège.

Sous une pluie battante, tous ceux qui ont apprécié son courage et sa sympathie sont venus lui rendre un dernier hommage au funérarium Georis à Seraing puis au cimetière de Robermont où son corps fut inhumé.

Ses proches, le Service des Sports de la Province de Liège, les secrétaires, les employés, l'actuelle et l'ancienne direction ainsi qu'une forte délégation de l'école des jeunes du Standard et quelques anciens Sérésiens dont Manu Ferrera et Laurent Stas de Richelle ont suivi une cérémonie qui se déroula dans l'intimité, la simplicité et la dignité.

Tous ont conscience du rôle prépondérant tenu par Francis Nicolay dans le football liégeois. Tant humainement que par ses compétences, le travail du dirigeant liégeois fut unanimement apprécié. Le Standard a, sans aucun doute subi sa plus grosse perte depuis de nombreuses années. Alphonse Costantin et Michel Preud'homme risquent désormais de se retrouver bien seuls tant le Liégeois maniait sa parfaite connaissance du football avec dextérité. Francis Nicolay était un homme courageux et un grand travailleur devant l'éternel. Le Sérésien ne rechignait jamais à se farcir des heures supplémentaires pour servir le club pour lequel il travaillait. A Seraing, il n'hésitait jamais à enfiler son training lorsqu'il constatait, depuis son bureau, l'absence inopinée de l'un ou l'autre entraîneur de la remarquable école des jeunes de Seraing qui fut, grâce à lui notamment, réputée à travers tout le Royaume. Francis Nicolay était un perfectionniste qui préférait s'occuper de tout plutôt que de déléguer ses pouvoirs à l'aveuglette. Au Standard, il occupa successivement, les rôles de conseiller technique auprès de la direction, de responsable administratif et de la logistique à la tête de l'école des jeunes et de team manager de l'équipe première avant de réintégrer, il y a peu, la direction de l'école des jeunes joueurs rouches en compagnie de Daniel Boccar. Son sens de l'organisation et sa disponibilité y faisaient l'unanimité.

Mais, dans de telles circonstances, le monde du ballon rond devient futile et dérisoire. On ne peut, en effet, s'empêcher de penser à ses proches effondrés par la perte brutale d'un homme honnête, simple, discret et très attachant. Adieu Francis. Tu nous manqueras

© Les Sports 2002