L'épouse du malheureux a réussi à se sauver du brasier

NISMES Un habitant de Nismes (province de Namur), Luis Pereira, 66 ans, qui avait d'énormes difficultés à se mouvoir, a péri carbonisé dans l'incendie de sa maison.

Il était un peu plus de 4h30 dans la nuit de lundi à mardi quand, via le 100, un appel d'urgence parvenait à la centrale des pompiers de Couvin signalant un début d'incendie dans un immeuble, 9, rue Longue à Nismes.

Les appelants signalaient que si l'épouse, dormant à l'étage, était sortie de l'immeuble, son mari, souffrant et se trouvant au rez-de-chaussée, était toujours dans l'habitation. Si le sinistre était rapidement maîtrisé, le médecin urgentiste n'a pu que constater l'irréparable.

M. Pereira, 66 ans, a péri, probablement dans un premier temps par asphyxie, avant d'être agressé par les flammes.

Une équipe de la zone de police locale Trois Vallées de Couvin, rejointe par l'OPJ, a entamé les constatations d'usage ainsi que les investigations intra-muros afin de définir les causes de ce dramatique incendie.

Dans le même temps, le parquet de Dinant était avisé des faits.

Il semblerait , suivant les premières conclusions des enquêteurs, que le sinistre serait accidentel. Étant sérieusement accablé par la maladie et ne pouvant se déplacer seul, il n'est pas exclu qu'un geste malheureux de M. Luis Pereira aurait provoqué le début d'incendie avec un important dégagement de fumée qui s'est répandu dans l'immeuble.

C'est d'ailleurs celui-ci qui a réveillé Mme Pereira qui n'a rien pu faire pour son époux tant la fumée était âcre et intense.

Les dégâts mobiliers et immobiliers sont relativement importants, surtout provoqués par la fumée.

Camus