NANTES Ce soir-là du 21 novembre 1990, la maman de Natacha cherche sa fille en vain. Il est 19 h, elle alerte la police.

Christine, l'aînée des filles se souvient avoir vu sa soeur en conversation avec un homme, à côté d'une camionnette de couleur blanche et être montée à l'arrière. Les recherches vont bon train. Nuit et jour. Sans résultat.

Quatre jours plus tard, la petite Natacha n'est toujours pas retrouvée. L'inquiétude monte d'un cran. Pour la famille, il ne s'agit pas de fugue. Natacha a bien été enlevée. Trois jours plus tard, le samedi 24 novembre, sur la plage de Brem-sur-Mer, dans le département voisin, à 70 kilomètres de Rezé, un promeneur fait une macabre découverte : le corps présumé de la petite Natacha est retrouvé, face contre sol.

Sous l'orbite droite : la trace d'un épanchement de sang. Le corps présente en outre deux coupures franches au niveau du thorax, deux plaies provoquées par une lame de couteau. Le médecin légiste constate par ailleurs qu'il y a bien eu viol.

Le lendemain, des policiers ratissent le littoral sur 54 km de long et 150 m de profondeur. Aucun indice. L'enquête sur cet enlèvement, viol et meurtre sera menée en vain durant des années. Avec la conclusion en 2002 par le magistrat instructeur d'un non-lieu : les investigations n'ont pas permis d'identifier l'auteur de l'enlèvement et du meurtre de Natacha Danais.

Entre-temps, un suspect innocent se suicidera en prison. A l'époque, en effet, un certain Jean Groix vétérinaire et militant breton, fut soupçonné. Il habitait en face du domicile de la fillette et possédait une fourgonnette blanche, telle que l'avait décrite la soeur de Natacha. Il sera incarcéré à la suite de la découverte fortuite, lors d'une perquisition dans son cabinet pour l'affaire Danais, de trois Basques qu'il hébergeait, membres supposés d'ETA. Jean Groix s'est suicidé en prison quelques semaines après son incarcération, incapable de supporter le poids de ce qu'on lui reprochait.

En juin 2004, l'enquête allait subitement rebondir avec les révélations d'une certaine Monique Olivier en Belgique... Après des années de questions, l'affaire est soudainement élucidée.

A.-F.So.

()