Henri-François Van Aal s'est éteint dimanche

à Alicante. L'ex-ministre était arrivé à la RTBF en 1957, recruté pour l'Expo

BRUXELLES Comme l'a annoncé la RTBF, Henri-François Van Aal, 68 ans, est décédé dimanche en Espagne, à Alicante, sa ville natale.

Né de mère espagnole et de père belge sous le prénom de Enrique-Francesco, il a grandi dans la péninsule ibérique mais aussi au Maroc et puis à Paris, au fil des déplacements de son paternel industriel. Etudiant dans les lycées français de ville en ville, il débarquera à la RTBF (alors INR, Institut National de Radiodiffusion) avec des diplômes de l'Institut d'études politiques de Paris et de Harvard en poche en 1957, participant au concours de journalistes organisé en prévision de l'Expo Universelle de 58 à Bruxelles. Il a tout d'abord travaillé à la radio, au Journal Parlé, avec David Lachterman, Robert Stéphane et René Thierry notamment, jusqu'en 1960. Une bande des quatre qui a contribué à moderniser le ton des émissions sur les ondes, en s'adaptant aux techniques de radiodiffusion ramenées d'outre-Atlantique par Europe 1.

Henri-François Van Aal a ensuite signé de nombreux reportages télévisés notamment pour le Journal, qu'il présenta pendant plusieurs années et dont il fut également secrétaire de rédaction. En 1967, il est nommé responsable de 9 millions, où il restera trois ans, en remplacement de George Konen.

On lui doit également des Télémémoires en 1968, soit des interviews télévisées des principaux protagonistes de la crise politique de 1940 en Belgique: Paul-Henri Spaak, Camille Gutt et Albert de Vleeshauwer.

Le journaliste s'est alors tourné vers la politique, pour devenir député PSC en 1971, puis très brièvement secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères au début du gouvernement Tindemans Ier, avant de détenir le portefeuille de ministre de la Culture française (également compétent pour le logement à Bruxelles) de 1974 à 1977. Une responsabilité qui incluait la tutelle de la RTBF, dont l'administrateur général était alors Robert Wangermée.

Lorsqu'en 1979, l'ancien ministre se présenta à la RTBF pour y reprendre son poste, la levée de boucliers fut, on se l'imagine, immédiate. Avec menace de grève générale. Certains ne lui pardonneraient jamais d'être passé de l'autre côté de la barrière.

Henri-François Van Aal présentera encore le Journal Parlé à la RTBF. Et réalisera une série de portraits de personnalités de tous les univers en télévision, ainsi qu'une nouvelle salve de Télémémoires consacrées à d'anciens hommes politiques.

On lui doit également un roman paru en 1993, Jouer dans la cour des grands, où ce spécialiste de la vie politique conte une carrière publique avec ses fascinations et ses écueils, en contradiction avec l'univers privé.