Lorenzo Laï, le capitaine borain, retenait avant tout la qualité de la prestation des siens