Pour le Flandrien, bon 8e du GP de Wallonie mercredi, un pro n’a pas sa place au Mondial des Espoirs

NAMUR En début de saison, Jean-Pierre Dubois, le sélectionneur national des Espoirs, avait retenu six coureurs professionnels appartenant à des formations continentales en vue du Championnat du Monde des moins de 23 ans. Avant, rapidement, de désigner deux leaders, Jens Keukeleire et Sep Vanmarcke. Mais au bout du compte, il n’y aura aucun pro dans la sélection belge.

“Il y a eu une petite polémique dans les médias néerlandophones après la victoire de Van Staeyen au Van Steenbergen, mais entre nous, tout est OK”, raconte le coach. “Quant à Keukeleire, j’avais décidé de l’écarter de la sélection, car depuis ses maux de dos au Tour de Wallonie, il ne s’était classé qu’une fois 3e dans une épreuve de classe 2, ce qui est peu. Or si on prend un pro au Mondial Espoir, ce n’est pas pour faire un Top 10, c’est pour au moins monter sur le podium. Sa cinquième place à Paris-Bruxelles est venue un peu trop tard... Par contre, je regrette le choix de Sep Vanmarcke, qui s’est retiré lui-même de la sélection.”

Une décision d’autant plus regrettable quand on voit la condition qu’il a affichée sur le GP de Wallonie, mercredi, où il a été le seul à pouvoir accompagner Leukemans, Evans, Ricco et Martens dans l’ascension de la Merveilleuse, avant de se classer 8e et... meilleur jeune.

Pourquoi le 2e de Gand-Wevelgem a-t-il décidé de ne pas se rendre en Australie ? “Dans le passé, quand je n’étais pas pro, je râlais quand je voyais que des pros prenaient la place d’Espoirs au Mondial des moins de 23 ans, je trouve qu’ils n’ont plus rien à y faire. Et maintenant que je suis professionnel, je n’allais pas changer d’avis à ce propos...”

J. Gil.