Buzz

Le magazine people français Closer a été condamné mercredi à 20.000 euros de dommages et intérêts pour avoir porté "atteinte à la vie privée" d'un dirigeant du Front National, parti d'extrême-droite, en révélant son homosexualité. 

Le magazine avait publié le 12 décembre sur quatre pages sept photos de Florian Philippot, vice-président d FN, prises à Vienne en compagnie d'un "journaliste de télévision" dont le visage était flouté, ainsi qu'une photo de plus petite taille.

"Oui à l'amour pour tous", titrait-il en une, en allusion à la loi dite du "mariage pour tous" votée en 2013 pour légaliser le mariage homosexuel.

La justice française a également condamné l'hebdomadaire à publier la décision en couverture du journal et à verser 3.500 euros à M. Philippot au titre des frais de justice.

Le tribunal a souligné que M. Philippot et son ami "ont été photographiés avec un téléobjectif", ce qui démontre "une surveillance préjudiciable de leurs activités de loisirs, alors qu'ils pouvaient se croire à l'abri des regards indiscrets étant partis à l'étranger", ce qui "participe à un phénomène de harcèlement".

Closer est le magazine qui avait révélé en début d'année la liaison du président François Hollande avec l'actrice Julie Gayet, à l'origine de sa rupture avec sa compagne Valérie Trierweiler. Cette dernière a étalé depuis sa colère contre le président dans un best-seller vengeur.

Fait rare, le numéro deux du FN a reçu le soutien de journalistes et de responsables politiques de tous bords, jusqu'au sein du gouvernement socialiste au pouvoir, après la publication des photos.

La vie privée des hommes politiques a longtemps été un sujet tabou en France, jusqu'au divorce en cours de mandat de l'ancien président de droite Nicolas Sarkozy (2007-2012) puis de son remariage avec l'ex-mannequin Carla Bruni. En 1994, l'hebdomadaire Paris-Match avait aussi révélé l'existence de la fille cachée de l'ancien président François Mitterrand.