Divers

Supporter de l'équipe des "Diables rouges", un gérant de café de Maastricht a voulu marquer à sa manière son attachement au plat pays: il s'est amusé à modifier lui-même le tracé de la frontière pour que son café devienne belge, le temps de l'Euro-2016.

"Au départ, j'étais triste que les Pays-Bas ne participent pas à l'Euro, mais je suis supporter de la Belgique et j'ai voulu la soutenir de manière ludique et chouette", a expliqué vendredi à l'AFP Coen Smits, 32 ans, gérant du café De Pepel depuis quatre ans.

Avec quelques habitués, le patron de bistrot a donc eu l'idée de déplacer, symboliquement et d'environ 300 mètres, les poteaux délimitant la frontière entre les deux pays juste devant son café, désormais situé dans le plat pays.

Le maire de la municipalité belge voisine a accueilli de bon coeur ces nouveaux compatriotes provisoires, et les 1.420 personnes résidant dans la zone, en inaugurant officiellement les répliques des deux poteaux délimitant la nouvelle frontière, a rapporté le quotidien flamand Het Laatste Nieuws.

Le curé de l'église a également baptisé cette nouvelle démarcation avec un grand verre de bière belge, de la Duvel, faisant office d'eau bénite.

Dans son bistrot désormais noir-jaune-rouge (les couleurs du drapeau belge, ndlr), Coen servira bières spéciales, frites et gadgets tricolores lors de la diffusion des matchs de l'équipe sur grand écran.

Le fan des "Rode Duivels", du nom de l'équipe belge en néerlandais, espère recevoir "un agréable mélange" de clients aussi bien belges que néerlandais: "il n'y a pas de rivalité entre les deux nationalités. Nous avons des clients néerlandais qui aiment cette idée et qui sont même devenus supporters de la Belgique!"

Sans ce clin d'oeil symbolique, l'Euro aurait été bien moins festif au Pepel: "c'est pourquoi nous avons pensé à cette action, pour pouvoir laisser libre cours à nos pulsions de supporters et faire partie intégrante de ce grand rassemblement", a souri Coen Smits.

Le territoire belge sera donc un peu plus grand pendant l'Euro. Après quoi, le barman, son café et ses habitués devront "rentrer aux Pays-Bas", "fiers d'avoir pu suivre la Belgique" tout au long du championnat.