Divers Il n'a que dix mois et pourtant, Luisito est un cas spectaculaire en matière d'obésite et de diabète infantile au Mexique.

Luisito pesait 3,5 kg pour 52 cm à sa naissance en décembre 2016. Jusque-là, rien d'extraordinaire. Mais à deux mois, le petit pesait déjà 10 kg. "Je croyais que c'était parce que j'avais du bon lait", explique à l'AFP sa mère de 24 ans, Isabelle Pantoja. La famille étant pauvre, le père a lancé un appel à l'aide sur Facebook. Avec 200 dollars de salaire par mois, le père de Luisito n'est en effet pas capable de payer les soins médicaux de son fils. Plusieurs fois par semaine, le petit doit faire des prises de sang. "Il est pénible de le voir souffrir lorsque les infirmières doivent trouver une veine dans ses petits bras aux nombreux plis", commente son père Mario Gonzales.

Un pédiatre a annoncé que l'enfant devrait peut-être recevoir des doses d'hormones coûtant plus de 500 dollars par injection. Selon certains médecins, le garçon pourrait souffrir du syndrome de Prader-Willi, coupant le régulateur de satiété, provoquant un retard mental, des muscles de gélatine, des problèmes cardiaques et de développement des organes sexuels.

Luisito porte des couches pour adultes et n'est pas capable de marcher à quatre pattes. La première poussette a cédé sous son poids.

Les raisons de son excès de poids ne sont pas encore connues. La seule chose que les experts ont pu constater est que le bébé "a un foie gras, un poumon gras et un cœur gras. Sa vie est en danger mais nous espérons être encore dans les temps pour l'aider", a déclaré la chirurgienne Silvia Orozco. 

Selon elle, la maladie pourrait être due à une "inflation cellulaire" provoquée par le manque de nutriments anti-inflammatoires ingurgités par sa mère. Cela aurait eu pour conséquence "un faible fonctionnement thyroïdien". En attendant un traitement, le petit Luisito est nourri de lait à faible teneur en fraisses, de lait maternel, de bouillies de végétaux et de fruits.