Divers La situation peut paraître complètement cocasse, voire stupide. Pourtant, une vidéo d'un citron qui descend pendant plusieurs centaines de mètres une rue est devenue virale outre-Altantique, comme l'explique le Washington Post.

Pendant deux minutes, un certain Mike Sakasegawa a suivi un citron qui a dévalé une rue en pente près de San Diego, en Californie, a filmé la scène et l'a postée sur son compte Twitter. À l'heure actuelle, sa vidéo a été vue près de 10 millions de fois, a été retweetée plus de 100 000 fois et likée plus de 350 000 fois.

L'homme affirme avoir vu le citron commencer sa descente à distance, et a décidé de le suivre en revenant de son jogging matinal. ""J'ai cru que c'était une simple balle de tennis", explique-t-il dans une interview. 

"J'ai suivi le fruit et je voulais voir jusqu'où il pourrait rouler sans s'arrêter, et j'espérais qu'il aille le plus loin possible."

Le quotidien américain se demande pourquoi une vidéo si banale a pu être si virale. Mike Sakasegawa aussi. "C'est difficile à dire, je pense que chaque jour quelque chose devient viral, c'est peut-être juste le fruit du hasard, ou un coup de chance. Les gens ont dit qu'ils trouvaient la vidéo apaisante, Ils veulent profiter d'un petit moment de pause par rapport à tout ce qui se passe."


Pas qu'une banale vidéo ?

Mais les gens semblent y voir bien plus qu'une simple vidéo. Quelque chose d'inspirant, peut-être. "Si le citron peut y arriver, alors nous aussi", écrit le Post. 

Après avoir filmé le citron, Mike Sakasegawa est retourné chez lui. Mais après avoir visionné à nouveau sa vidéo, il s'est senti mal et a décidé d'aller rechercher le citron. "C'est stupide, je sais", explique-t-il.

Des gens ont suggéré à Mike de faire du citron une limonade, mais pour l'instant, il a juste placé le fruit dans son jardin.

La vidéo est spéciale car elle est un véritable suspense à elle seule. À de nombreuses reprises, on sent que le citron va arrêter sa course, mais il repart de plus belle. 

Cette histoire a été tant partagée qu'un éditeur de livres pour enfants a même demandé à Mike Sakasegawa d'en écrire un livre.