Divers

Lors de l’émission culte du Saturday Night Live, l’acteur américain réalise un sketch tout aussi culte en imitant le candidat de Trump à la Cour Suprême qui va faire l’objet d’une enquête du FBI pour agression sexuelle


"C'est mon speech, il y en a d'autres comme ça mais celui-ci c'est le mien", balance d’emblée Matt Damon, coiffé de la coupe du juge dont l’affaire tient en haleine toute l’Amérique en ce moment, dans cette parodie de l’audition de Brett Kavanaugh au Sénat. "Je l'ai écrit hier, en hurlant dans un sachet de Doritos vide".

Bref, l’émission satirique Saturday Night Live a ouvert sa saison en force. Après Alec Baldwin en Donald Trump, au tour donc de la star des "Jason Bourne" de se transformer en un juge on ne peut plus énervé par les accusations d’agression sexuelle de l’universitaire Christine Blasey Ford. Entre sa dénonciation d’une manigance politique orchestrée par les "Clintons" visant à l’empêcher d’être élu à la Cour suprême ou encore ses verres d’eau qu’il engloutit pour se déstresser, le juge se défend tant bien que mal. "Personne ne m’arrêtera, je ne connais pas la signification du mot non". Un show qui n’épargne pas non plus les sénateurs qui l’entourent, comme le républicain Chuck Grassley qui ouvre l’audition de manière douteuse. «"’ai gardé mon esprit ouvert. C’est pourquoi j’ai déjà voté « oui », avant que Christine n’ait dit un mot".

« J’aime la bière, ok, j’aime la bière !»

Les accusations de viols qui accablent Brett Kavanaugh se seraient en fait toutes déroulées lors de soirées arrosées étudiantes et le juge avait utilisé le Yearbook de 1982 (année des faits, selon Christine Blasey Ford) comme alibi. "J’aime la bière, ok, j’aime labière", répond-il à une sénatrice après avoir accusé le comité d’être des "monstres, qui veulent le faire vomir, et pas à cause de la bière".

Apothéose de ce sketch: lorsque Matt Damon montre comme preuve irréfutable de son innocence… son calendrier (manuel!) où sont inscrits ses jours d’entraînements à la muscu. La salle est hilare. « Vous voulez m’humilier devant ma femme, mes parents et Alyssa ‘freaking’ Milano ?", ajoute-t-il vu que la célèbre actrice (star de la série "Charmed" et une des figures emblématiques du mouvement #MeToo) avait participé à l’audience.

Et de conclure en reprenant un verre d’eau… enfin plutôt une canette de bière! Voilà de quoi écorner encore un peu plus l’image du juge qui, après son audition de jeudi dernier, a même perdu le soutien indéfectible du président Donald Trump en personne.