Divers

La fondation Arch Mission milite pour créer des archives de la culture humaine aux quatre coins du système solaire.

Qui n'a jamais fait un fameux back-up de ses données sur son ordinateur, afin de parer à toute éventuelle catastrophe ? Une opération devenue si simple et commune, qu'elle a inspiré la fondation Arch Mission pour étendre le processus au plus précieux trésor de l'humanité : la connaissance.

Un cheveu pour l'éternité

Fondée en 2015 au Texas, la fondation Arch (comme dans archives) Mission s'est donné pour but de disperser des éléments de la culture humaine aux quatre coins du système solaire. Son prochain défi : envoyer l'intégralité de l'encyclopédie en ligne Wikipédia sur la lune à l'horizon 2020. 

Au total, ce sont des milliers de pages de la version anglaise (en plus de quelques articles de qualité écrits dans d'autres idiomes) qui seront imprimés au laser sur des microfiches en nickel, pas plus épaisse qu'un simple cheveu humain. 

Celui qui souhaitera les consulter n'aura besoin que d'un simple microscope, ultra-grossissant certes, puisque ce ne sont pas moins de 16 000 pages qui seront imprimées sur chaque carré de 17 millimètres de côté.

Au début de l'année, la fondation Arch Mission était parvenue à un premier essai concluant en envoyant dans l'espace le Cycle de Fondation, œuvre majeure de la littérature de science-fiction, écrite par l'écrivain américain Isaac Asimov et parue entre 1942 et 1993. Dans ce texte, des hommes se mettent en tête de rédiger une « Encyclopedia Galactica », une sorte de copie intégrale du savoir destinée à protéger l'humanité en cas de catastrophe.

Et c'est exactement ce qu'Arch Mission tente de reproduire aujourd'hui. Au mois de février, l’œuvre d'Asimov est partie dans la fusée envoyée par Elon Musk autour du soleil. Pour ce faire, la fondation a utilisé une technique optique 5D imprimée sur un petit disque de quartz. 

À l'époque, le co-fondateur d'Arch Mission, Nova Spivack, avait parlé « non pas d'une tentative unique, mais de la première étape d'un plan plus grand. »

Objectif Lune, le retour

Un plan qui est en plein développement. En parallèle de Wikipédia, Arch Mission souhaite mettre en orbite le Rosetta Project, un projet visant à sauvegarder l'intégralité des langues humaines (1500 à l'heure actuelle), afin d'en conserver une trace en cas d'extinction. 

Ces capsules de savoir, sobrement baptisées « Archs », sont censées « durer des milliards d'années de plus que les pyramides », précise la fondation dans un communiqué. « Elles pourraient même durer plus longtemps que notre planète. Dans un million d'année, les Archs pourraient être la seule trace restante de notre espèce et de notre civilisation », ajoute-t-elle en conclusion. 

Le tout sur l’espace d’un CD. On n'arrête pas le progrès.