Gaffes

L'écrivain et académicien Jean d'Omersson aimait les plateaux télévisés. Plein d'humour et de dérision, il n'hésitait jamais à s'inviter là où on ne l'attendait pas.

Jean d'Omersson aimait parler de politique mais aussi de tout et de rien. Régulièrement invité dans des émissions grand public, ses échanges avec Jamel Debbouze ou Julien Doré (dont le chanteur s'est fait tatouer le nom) sont restés mythiques. C'est notamment le cas de cette pépite tirée de l'émission Tout le monde en parle en 2001.

Dans cette séquence, Jean d'Omersson répondait aux questions de Thierry Ardisson. Voyant l'invité en difficulté sur certaines d'entre elles, Jamel Debbouze lui proposa de l'aider. "Je peux souffler si vous voulez", proposa l'humoriste. C'est à ce moment que la scène prend une tournure de sketch. "Le comble de la misère...", réfléchit Jean d'Omersson. "Ca serait était que...", lui souffle Jamel Debbouze. Pendant plusieurs minutes, le jeune homme tente de déstabiliser l'écrivain en lui soufflant des fautes de français. Un exercice très perturbant pour celui qui était si à cheval sur l'usage de la langue. "C'est dur pour vous de faire des fautes", plaisante Thierry Ardisson. L'écrivain l'admet, "Oui, c'est dur".