Buzz

A l'occasion de la rentrée scolaire, François Hollande était de passage à Denain, une commune du nord de la France. Les nombreux photographes présents n'ont pas manqué d'immortaliser l'instant. Problème: un portrait pris "sur le vif" offre un visage plutôt surprenant du président français.

Dès lors, l'AFP a décider de retirer le cliché de sa banque de données. Sur le fil photo de l'agence, le cliché fait donc l'objet d'un "mandatory kill", une demande qui signifie aux rédactions d'effacer le cliché et de ne plus l'utiliser.

Interrogé sur cette question par le site 20minutes.fr, l'AFP a précisé que cette suppression n'était pas une demande de l'Elysée. Au contraire, il s'agit là d'une "décision éditoriale de l’agence, qui s’excuse auprès de ses clients".  "C’est régulièrement le cas pour des photos qui ont été mal traitées ou mal filtrées, notamment dans le domaine international."

A l'heure d'écrire ces lignes, les autres agences présentes sur place lors de la visite présidentielle n'avaient pas pris une telle décision. C'est par exemple le cas pour Associated Press, dont la photo, prise d'un autre angle mais offrant quasiment le même visage, illustre cet article.

Voici la photo censurée: