Buzz

La séquence strip-teasienne du JT de François De Brigode fait un tabac

BRUXELLES Surréaliste ! Aucun mot ne sied mieux au reportage du début de JT, mercredi dernier sur La Une, consacré au Dr Philippe Mullier, d’Estaimpuis, rebaptisé, aujourd’hui, Dr J’vais dire . Tant dans le fond que dans la forme, l’absurdité flotte sur les 3 minutes 30 du reportage d’Alexandre Mitea.

Sur le fond, c’est pathétique : Philippe Mullier, pas dans son assiette, décide, en déplacement pour rendre visite à une patiente, d’envoyer sa compagne en soin à sa place, et de rester sagement dans la voiture. Le hic, c’est que la dame n’est absolument pas médecin ! Et n’hésite pas à envoyer le compagnon de la patiente chercher, dans les poubelles, la seringue précédemment utilisée, pour lui faire une deuxième injection… Vous n’êtes ni sur TV Groseille ni sur Strip-Tease .

Sur la forme, c’est encore plus cocasse : le docteur Mullier, mèche hirsute, s’approprie, dans son plaidoyer, un vocable, dirons-nous, extrêmement redondant. On a compté : il utilise 15 fois l’expression “J’vais dire”  ! En enfilade, François De Brigode, hilare, a bien du mal à enchaîner. “J’ai cru que je n’en sortirais pas !, dit-il, à froid. Des fous rires, j’en ai déjà eu quelques-uns, mais ça faisait un bail. Celui était particulièrement dangereux, car en début de journal et juste avant le lancement d’une actu des plus sérieuses… Mais quand j’ai entendu cette dame dire que, par bienveillance, elle a proposé une cigarette à sa patiente, elle m’a achevé… Et je ne vous raconte pas les techniciens…”

En attendant, la séquence, futur masterpiece du bêtisier de l’année, fait le tour du Web. Le Dr J’vais dire a même droit à son remix. Quant à la formule J’vais dire , elle est, paraît-il, jugée expression non grata à la rédaction ertébéenne…



© La Dernière Heure 2011