Buzz

Mohamed al-Fayed a tout fait pour faire la lumière sur le décès de son fils. Sa version - un attentat destiné à empêcher le mariage entre Lady Diana et son fils, de confession musulmane - a été balayée par toutes les enquêtes menées depuis le décès de Lady Di. Pour parvenir à ce constat, immuable, autorités françaises et britanniques assurent avoir creusé toutes les pistes, au risque de réveiller les fantasmes des adeptes de la théorie du complot.

La Fiat Uno blanche ?

Rapidement après le crash, la présence d’une Fiat Uno blanche - qui aurait barré la route de la Mercedes avant le crash - a fait l’objet de toutes les attentions. Malgré les recherches, elle n’a jamais pu être identifiée malgré l’interrogatoire des 40.000 propriétaires de Fiat Uno blanche de France. Une piste sérieuse avait pourtant été évoquée : la Fiat Uno de James Andanson, célèbre photographe des stars, ami de Lady Diana et propriétaire… d’une Fiat Uno blanche. La piste n’a jamais abouti. James Andanson a été retrouvé carbonisé dans sa voiture, non loin de chez lui, en 2000.

Diana était enceinte ?

Rosa Monckton, qui avait passé des vacances avec Diana avant le drame, l’a démenti. Mais le père al-Fayed reste persuadé que Diana a été assassinée par les services secrets sur ordre du duc d’Édimbourg, mari d’Elizabeth II. Celui-ci n’aurait pas supporté l’idée que Diana refasse sa vie avec un musulman et que les princes aient des demi-frères.

Assassinée par les SAS ?

Rejugé en juillet dernier pour port d’arme illégal (la police a trouvé un pistolet Glock et 338 cartouches dans sa maison), Danny Nightingale avait d’abord affirmé qu’il ne se souvenait pas avoir reçu le pistolet et a dit qu’il avait subi une perte de mémoire suite à une grave maladie. Il a ensuite modifié sa défense, chargeant son colocataire, également membre des SAS… C’est au cours de ce nouveau procès que les ex-beaux-parents du témoin N de ce procès ont rapporté les propos que leur ex-beau-fils aurait tenus après de son ancienne petite amie…