Sports

Gustavo Poyet, désormais ex-entraîneur de Bordeaux vainqueur de Mariupol (2-1) en Europa League, s'était montré furieux hier soir en conférence de presse contre ses dirigeants qui ont laissé partir l'attaquant Gaëtan Laborde à Montpellier sans l'en avertir, menaçant de quitter le club.

"Je ne suis pas content aujourd'hui, c'est mon plus mauvais jour dans ce club", a déclaré Poyet. "Ce que le club a fait aujourd'hui avec Gaëtan Laborde, c'est une honte. J'ai demandé au club qu'il ne parte pas jusqu'à qu'on prenne un joueur, ils n'ont pas recruté et ils ont fait partir Laborde".

Le technicien uruguayen avait convoqué Laborde pour le match retour du 3e tour de qualification de l'Europa League jeudi soir contre Mariupol. Le joueur avait participé normalement au dernier entraînement à huis clos mercredi matin au Haillan mais "quand on est arrivé à l'hôtel aujourd'hui (jeudi) à 11h45, Laborde n'était pas là. On l'a appelé, il était à Montpellier. Personne ne m'a rien dit".

"C'est une honte d'avoir fait ça contre moi, les joueurs et les supporters, je ne peux pas accepter ça", a-t-il poursuivi quand la presse l'a relancé."Je sais quels dirigeants vous disent que j'étais au courant, ils le disent par derrière. Mais moi j'ai les +cojones+ de le dire en face, personne ne m'a averti de son départ. Alors j'ai besoin d'une explication du club, des propriétaires et des présidents. S'ils m'expliquent ça demain, on verra si je continue ou pas mais j'ai besoin d'explication".

Poyet mis à pied une semaine à titre conservatoire

Le président de Bordeaux Stéphane Martin a annoncé vendredi la mise à pied à titre conservatoire pendant une semaine de son entraîneur Gustavo Poyet qui avait tenu des propos très durs contre sa direction la veille au soir.

"C'est un entretien préalable en vue d'un éventuel licenciement. On est dans une période d'une semaine durant laquelle il peut y avoir des échanges, donc techniquement tout est possible", a déclaré le président girondin, après avoir reçu l'entraîneur uruguayen qu'il entendra à nouveau dans une semaine.