Sports

Sa passion pour le ballon rond est intacte

BRUXELLES Ancien arbitre bien connu de nos terrains de football, Marcel Javaux est aujourd’hui consultant pour la RTBF. Sa passion pour le ballon rond est intacte, même s’il regrette que les insultes dans les stades ne soient pas assez sanctionnées.

Êtes-vous sportif ? “Plus beaucoup depuis que j’ai arrêté d’arbitrer. J’ai des problèmes au genou. Mais je me suis acheté un vélo d’appartement, sur lequel je m’entraîne deux fois par semaine, afin de retrouver de la puissance dans les jambes.”

Avant d’arbitrer, avez-vous joué au football ? “Oui, j’ai joué dans un club quand j’étais adolescent, comme beaucoup de gamins. Après, je me suis concentré sur l’arbitrage, qui a été une véritable passion.”

Qui était votre joueur préféré ? “Pelé, naturellement. J’aimais le voir jouer avec le Brésil. Il était le meilleur, tout simplement. J’ai aussi beaucoup admiré Franz Beckenbauer. Je me souviens de lui jouant un match avec la clavicule cassée, le bras en écharpe. Cette image m’avait beaucoup impressionné.”

Aimez-vous d’autres sports que le foot ? “Le vélo. Plus jeune, j’ai été baigné par les cris de Luc Varenne à l’occasion des exploits d’Eddy Merckx. Je me souviens bien de sa première victoire au Tour de France, en 1969.”

Quel est votre meilleur souvenir en tant qu’arbitre ? “Je me rappelle d’un match de Ligue des Champions 1994-1995 entre le Spartak Moscou et le Bayern Munich, où j’officiais comme quatrième arbitre. Le match avait lieu en Russie et le mercure affichait -22°c. J’ai cru que j’allais mourir. Mais, finalement, aujourd’hui, j’en garde un bon souvenir. Un délégué de Moscou m’avait même apporté une couverture et un bonnet.”

Et le pire ? “Il s’agit, bien sûr, du match entre Anderlecht et le GBA en 2001, que j’ai dû arrêter car plusieurs énergumènes avaient insulté ma mère. Je regrette de ne pas l’avoir stoppé définitivement, surtout quand je vois qu’aujourd’hui, rien n’a vraiment changé. Les insultes dans les stades ne sont toujours pas assez sévèrement sanctionnées.”

Quels sont les joueurs que vous aimiez arbitrer ?

“Vincent Kompany, Enzo Scifo ou encore Pär Zetterberg. Des garçons gentils, polis et bien éduqués. Ils étaient très faciles à arbitrer.”



© La Dernière Heure 2013