Sports

"On a mis sur pause notre lune de miel, mais je suis sûr qu'on pourra fêter ça ensuite": l'Australien Josh Risdon ne semblait finalement pas trop regretter, mardi, d'avoir dû quitter sa femme dès le lendemain de son mariage afin de rejoindre la Russie et jouer le Mondial de football. 

"Sauf pour une lune de miel, je pense qu'il n'y a pas de meilleur endroit qui soit actuellement", s'est amusé le défenseur de 25 ans depuis Kazan, où les Socceroos s'entraînent avant d'affronter samedi la France en ouverture du groupe C.

"C'est une période assez excitante pour moi en ce moment avec un mariage et le Mondial", a-t-il reconnu avec délectation.

Appelé de dernière heure dans la sélection du Néerlandais Bert van Marwijk, le joueur des Western Sydney Wanderers s'est finalement envolé vers la Turquie le lendemain de la noce... pour un stage avec ses coéquipiers plutôt que pour passer du bon temps avec son épouse.

"C'est vrai que quand on a planifié notre mariage, j'avais dans un coin de ma tête que c'était en même temps que la Coupe du monde, a-t-il reconnu. On savait qu'on devrait peut-être repousser notre lune de miel. Ma femme m'a toujours soutenu et elle était consciente du sacrifice que j'étais prêt à faire et de celui qu'elle aussi devrait faire".

Loin de sa moitié, Risdon a donc fait en sorte de convertir l'essai et s'est montré impressionnant en préparation contre la République tchèque (4-0) et la Hongrie (2-1), forçant la main du sélectionneur néerlandais pour inclure dans les 23 le latéral droit aux 8 sélections depuis novembre 2015.