Sports " Il me faudra deux nuits pour que cette odeur s'enlève de mon nez". Welsey Harms n'était pas ravi à l'issue de sa défaite contre Gary Anderson au tournoi de Wolverhampton. Et la chamaillerie sur des accusations mutuelles de flatulences en plein match de darts pouvait débuter.

Les deux joueurs se sont défendus d'utiliser cette méthode peu élégante, et encore moins fair-play, pour déstabiliser leur adversaire. "Cela provenait certainement de la table, on aurait dit des oeufs pourris, mais ça ne venait pas de moi. Je pensais que c'était lui", réagit le premier accusé. "Si c'était moi, je l'aurais admis..." Retour à l'envoyeur... qui se justifie à son tour: "S'il pense que j'ai pété, il se trompe à 1 000 %. Je jure sur la vie de mes enfants que ce n'était pas de ma faute. J'ai eu mal au ventre une fois pendant un match et je l'ai dit. Je ne vois pas pourquoi je mentirais aujourd'hui..."

En tout cas, on imagine que les spectateurs du premier rang ont apprécié le spectacle...