Sports

La prestation d'une athlète éthiopienne se révèle copieusement commentée. Jusqu'à créer un certain malaise autour de la piste scandinave.

Alors que notre compatriote Jonathan Sacoor (équipier des frères Borlée parmi les Belgian Tornados (4x400m)) disputera la finale du 400m ce vendredi aux Championnats du Monde des -20 ans à Tampere (Finlande), c'est la prestation d'une athlète éthiopienne qui se révèle bien davantage commentée.

Jusqu'à créer un certain malaise autour de la piste scandinave.

Médaillée de bronze du 5.000 mètres de ces Mondiaux -qui ont cours du 10 au 15 juillet-, l’Éthiopienne Girmawit Gebrzihair se voit pointer du doigt suite à des clichés qui remettent en question son âge. D'après sa fiche d'identité officielle répertoriée par l'IAAF (Fédération internationale de l'athlétisme), Girmawit Gebrzihair affirme être née le 21 novembre 2001 et n'avoir donc que 16 ans. Mais certaines images de l'adolescente laissent planer le doute et penser qu'elle pourrait avoir déjà soufflé davantage que 16 bougies.

Repéré par nos confrères du Figaro, le tweet d'un coureur espagnol spécialiste du 400 mètres, Oscar Husillos, n'est pas passé inaperçu au sein du petit monde de l'athlé. "Ses enfants et ses petits-enfants dans les tribunes peuvent la voir courir au Mondial des - 20 ans." Une remarque cynique qu'il a déposé en légende de l'une des photos polémiques de Girmawit Gebrzihair en course.

Notons que l'IAAF, qui est censée s'assurer de la véracité des informations relatives à l'état civil des athlètes, conserve les données de la jeune femme depuis déjà 2017.