Sports

Si la zone AmSud a retenu l'attention la nuit dernière pour la qualification in extremis de l'Argentine et l'élimination du Chili de la Coupe du monde, une image a également émaillé la rencontre entre le Pérou et la Colombie. Falcao a intimé aux Péruviens de ne plus se projeter tête baissée vers l'avant pour l'emporter car un partage arrangeait sa Colombie et ses adversaires.

Après avoir mené au score grâce à James Rodriguez, la Colombie a vu le Pérou revenir dans la rencontre peu avant le dernier quart d'heure de jeu sur un coup franc de Guerrero.

Un résultat qui faisait les affaires des deux équipes, compte tenu aussi de la victoire de l'Argentine en Equateur (1-3) mais surtout de la dégelée, fatale, que recevait au même moment le Chili au Brésil (3-0). En l'état, la Colombie se qualifiait directement pour le Mondial tandis que le Pérou prenait rendez-vous avec la Nouvelle-Zélande pour un barrage abordable, qui offrirait en outre une place à la Coupe du monde aux Péruviens après 36 ans d'attente.

Des scores dont Radamel Falcao semblait être au courant et qu'il a paru communiquer à un adversaire pour que celui-ci le répercute à ses équipiers, le tout en se cachant les lèvres pour éviter toute lecture labiale. Des discussions avec les bancs ont également eu lieu pour que tous les acteurs prennent conscience de ce qui se jouait.

S'en est alors suivie une parodie de fin de match où les locaux faisaient tourner le cuir au sein de leur défense face à un semblant de pressing des Colombiens.

Autant dire qu'au Chili, la pilule passe mal et fait polémique car si la Colombie avait joué le jeu en cherchant à accrocher les trois points, elle aurait éliminé le Pérou des barrages, que les partenaires d'Alexis Sanchez auraient alors disputés.

Cette attitude n'est pas sans rappeler celle des joueurs de la Côte d'Ivoire et du Cameroun qui avaient terminé une rencontre qualificative pour la CAN 2015 en roue libre car un partage entre les deux nations les qualifiait toutes les deux.


Pas de pacte avec la Colombie, assure le Pérou

Joueurs et staff du Pérou ont réfuté mercredi les soupçons de pacte avec la Colombie. "Dans les cinq dernières minutes, les Colombiens se sont approchés. Ils savaient quelle était la situation sur les autres terrains. On a donc géré le match comme il se devait (...) J'ai parlé avec Radamel (Falcao) qui m'a dit qu'on était qualifiés tous les deux, mais c'est du football et on joue pour gagner", a déclaré le milieu de terrain du Pérou Renato Tapia à la chaîne Panamericana TV. Ces déclarations intervenues mardi soir, n'ont été diffusées que mercredi.

Interrogé par les médias colombiens en zone mixte sur ce qu'il avait glissé au joueur péruvien Paolo Guerrero durant le match, Falcao a répondu: "Nous étions au courant de ce qui était en train de se passer dans les autres matchs, on jouait avec les autres résultats, et à ce moment-là (j'ai cherché) à faire savoir cela" à l'équipe péruvienne.

De son côté, un des membres du staff technique péruvien, Nolberto Solano, a écarté l'idée d'un "pacte" avec la Colombie.

"On avait besoin de gagner, eux aussi. Comment ça un pacte? Ce sont des spéculations. Evidemment, à la fin on se rend compte des autres résultats et on te dit: +descends d'un cran, il ne faut pas prendre de risque+", a-t-il déclaré mercredi à la radio RPP.