Sports

María Gómez, journaliste pour la chaîne de télé espagnole Mediaset, a été victime de gestes déplacés et de réflexions malvenues de la part de supporters alors qu'elle était en direct.

La reporter a d'abord été embrassée de force sur la joue alors qu'elle réalisait un duplex en pleine rue.

Dimanche, suite à la défaite de l'Espagne face à la Russie, María Gómez interrogeait des Espagnols pour recueillir leurs sentiments (vidéo en haut de l'article). L'un d'eux a préféré s'adresser à elle de manière irrespectueuse plutôt que de répondre à sa question. "C'est quoi ton nom, ma jolie?", a-t-il demandé? Ce a quoi la journaliste a rétorqué: "Je m'appelle María, mais le "ma jolie" n'est pas nécessaire. C'est Maria. Point barre."

María Gómez n'est malheureusement pas la première journaliste à devoir se défendre alors qu'elle exerce son métier lors de cette Coupe du monde. Julieth Gonzalez Theran, correspondante colombienne, avait déjà été victime d'un attouchement, et Julia Guimaraes, journaliste brésilienne, avait aussi été embrassée de force lors d'un face caméra.