Buzz Jeudi soir, dans son premier commentaire après l'annonce de l'abdication du roi Albert II, le spécialiste et chroniqueur des familles royales le plus connu en France, l'animateur et journaliste Stéphane Bern («Le Figaro», RTL, etc.), a salué un souverain qui, selon lui,  «a merveilleusement fait son travail». Il  « a tenu la Belgique à bout de bras, pendant vingt ans: a tenu contre les populismes, contre les forces centrifuges, etc. C'est d'autant plus remarquable qu'il n'avait pas été préparé à régner, à la mort brutale de Baudouin». 

Selon Stéphane Bern, c'est moins l'âge qui est à l'origine de la décision d'Albert II d'abdiquer, que le fait que «les crises politiques belges l'ont beaucoup fatigué: cela lui pesait beaucoup». Le journaliste a également mis en parallèle cette annonce de fin prochaine de règne avec «un mouvement général, en Europe: un mouvement vers, en quelque sorte, le rajeunissement des cadres», dans les familles régnantes. 

Pas apte à monter sur le trône, Philippe?  «C'est vraiment mal le connaître!», s'est exclamé Stéphane Bern.  «J'ai eu l'honneur de le rencontrer, et je peux vous assurer que c'est un homme extrêmement intelligent, très compétent, et qui a été très bien préparé» à ses futures fonctions. 

L'animateur et journaliste considère, toutefois, que le futur souverain «devra faire ses preuves», étant donné  «son déficit d'image et de popularité en Flandre, qui est principalement dû au fait que c'est un très mauvais communicant» . Mais, selon Stéphane Bern,  «le film 'Le discours d'un Roi' a montré qu'on pouvait très mal communiquer, et néanmoins être un souverain très aimé».