VIP Le rappeur est accusé d’avoir détourné des fonds de son label pour assurer son train de vie

Faux, usage de faux, abus de confiance, escroquerie au jugement et on en passe… Les accusations pesant sur Maître Gims sont légion. Selon le magazine Closer, l’ancien producteur du chanteur, Dadia Diakité, aurait attaqué l’interprète de Sapé comme jamais en justice le 25 mai dernier. Une information confirmée au Point par l’avocat des plaignants.

Aussi connu sous le nom de Dawala, le fondateur et directeur de Wati B - le label historique du collectif Sexion d’Assaut dont était membre le rappeur - s’est occupé de la carrière solo de Maître Gims jusqu’en décembre 2016. Depuis, les rapports entre eux se sont dégradés.

800.000 euros

Aujourd’hui accusé d’avoir détourné des fonds du label en empochant des avances versées par Wati B - à hauteur de 800.000 euros ! - pour monter "ses propres structures en parallèle de sa carrière" plutôt que de financer ses projets artistiques, le rappeur au million d’albums vendus risque d’écorner son image avec cette affaire. Des soupçons d’évasion fiscale qui pèse aussi sur l’artiste d’origine congolaise (Gandhi Djuna, de son vrai nom). Voici une liste, détaillée par Closer, des quelques biens du chanteur. Entre une villa de luxe au Maroc valant quelques centaines de milliers d’euros, une voiture Bugatti Chiron avoisinant les deux millions, ou une montre Richard Mille d’une valeur de 140.000 euros, Maître Gims serait fortuné comme jamais !