VIP Angeline Flor Pua a en tout cas reçu une invitation de la compagnie aérienne Emirates.

Si, dans l’inconscient collectif, participer au concours de Miss Belgique conduit souvent vers une carrière en télévision (Sandrine Corman, Julie Taton, Sandrine Dans, Emilie Dupuis ou encore Tatiana Silva), force est de constater que cette année notre tête couronnée semble vouloir déroger à la règle.

Et pour cause, Miss Belgique 2018 s’attelle à remplir sa mission d’ambassadrice mais aussi et surtout à décrocher son diplôme de pilote de ligne en septembre prochain. "Parfois, les garçons sont jaloux lorsque je réussis mieux qu’eux", rigole l’Anversoise de 23 ans, seule fille de sa promotion, dans le média néerlandophone Story. Contactée récemment par la compagnie Emirates, Angeline a donc mis le cap sur Dubai. " Ils ont appris que j’aimerais travailler chez eux. J’ai eu droit à une visite guidée et j’ai pu tester le simulateur de vol. J’espère qu’ils me proposeront un job. Mais avant cela, je dois réussir mes examens et passer une procédure de sélection."

Elle était à Zaventem le 22 mars

Couronnée Miss Anvers, née en Belgique de mère et de père venus des Philippines, Angeline Flor Pua a aussi représenté la Belgique à Miss Philippines d’Europe, en Autriche. Concours qu’elle avait aussi gagné. Si ses parents l’aident pour financer ses études fortement coûteuses, notre Miss Belgique a aussi fait quelques petits jobs à gauche et à droite pour s’en sortir. Elle a notamment travaillé dans un bureau, a été serveuse dans l’Horeca mais aussi employée à l’aéroport de Zaventem. 

Elle était d’ailleurs présente lors de l’attentat du 22 mars 2016. "Je n’ai pas vu l’explosion, confiait Angeline, dans nos colonnes en octobre dernier , lors du voyage des Miss en Égypte. Mais tout d’un coup, les gens sont arrivés en panique. J’étais occupée à scanner les billets à côté d’un portique de sécurité. Il y avait des cloisons vitrées. Les gens tentaient de les escalader et j’ai vu une femme jeter son bébé par-dessus !"