Argent

La plate-forme de location en ligne Airbnb réfute les chiffres publiés vendredi par L'Echo et De Tijd quant aux revenus générés par ses activités. 

Les deux quotidiens avaient calculé, en collaboration avec les titres Süddeutsche Zeitung, Le Monde et Trouw, qu'un montant de 77 millions d'euros de location était réalisé dans les six grandes villes touristiques belges (Bruxelles, Anvers, Gand, Bruges, Liège et Namur) chaque année via l'entreprise. 

"Ces chiffres sont erronés. Une mauvaise méthodologie a été employée pour tirer de mauvaises conclusions", a indiqué le porte-parole d'Airbnb International dans un communiqué de presse. "La plupart des loueurs sont des personnes normales, qui partagent leur bien afin d'augmenter leurs revenus. Le modèle d'Airbnb est unique. Nous nous adaptons aux communautés locales et nous payons des impôts."

Airbnb déplore que les journaux avancent qu'une partie des propriétaires louent plusieurs biens sur la plate-forme, alors qu'il peut s'agir de personnes louant plusieurs chambres dans une même habitation. De plus, on n'y tient pas compte de la différence entre les nuits disponibles et les nuits effectivement louées, ce qui tronque les données.

En Belgique, un loueur moyen engrange 2.100 euros par an grâce à son bien mis en location, qui est occupé, toujours en moyenne, 29 nuits par an, selon les dires de l'entreprise.