Argent Les billets de 50 et de 20 euros restent les plus copiés.

Des faux billets de 500 euros pour un montant de 13 millions d’euros ont récemment été découverts… au fond d’un barrage, dans le sud de la Bulgarie. Des billets "de très bonne qualité", selon les autorités bulgares.

Le phénomène des faux billets n’est pas neuf. Il existe depuis l’introduction de l’euro, le 1er janvier 2002.

La Banque centrale européenne n’est toutefois pas restée les bras croisés face à ce phénomène. La parade a notamment consisté à introduire de nouveaux billets, plus sécurisés et plus difficiles à copier. Les coupures de 5, 10 et 20 euros ont déjà été l’objet de ce lifting. Le nouveau billet de 50 euros sera lui lancé en avril prochain. Seul le billet de 500 euros n’est pas concerné. D’une part, il est rarement copié et d’autre part, la BCE a décidé de ne plus en imprimer à partir de la fin 2018, ce billet étant apparemment très apprécié par les filières terroristes et de blanchiment d’argent.

La lutte contre la contrefaçon semble en tout cas porter ses fruits. Quelque 331.000 faux billets en euros ont été retirés de la circulation au premier semestre 2016, soit une baisse de 25 % par rapport au second semestre 2015, selon les dernières statistiques disponibles auprès de la BCE. C’est le chiffre le plus bas depuis début 2013.

Environ 80 % de ces billets contrefaits sont en fait des coupures de 20 et 50 euros, les plus courantes dans la vie quotidienne.

Nul ne s’inquiétera vraiment en étant payé avec de tels billets, alors qu’une plus grosse coupure suscitera bien plus de méfiance et sera plus facilement soumise au test de détecteur de faux billets.

La baisse de faux billets a encore été plus sensible en Belgique, de l’ordre de 40 %. Pour le 1er semestre 2016, 16.693 faux billets ont été saisis, contre quelque 27.700 lors de la même période de 2015, alors qu’environ 500 millions de billets sont en circulation en Belgique.

À eux seuls , les billets de 50 euros (64,8 %) et de 20 euros (24,8 %) représentent quasiment 90 % des billets saisis. À peine 62 billets de 5 euros (soit 0,4 % du total) ont été saisis. Les billets de 200 euros ne font pas vraiment recette auprès des contrefacteurs : 55 billets ont été saisis, soit vingt fois moins que les billets de 100 euros (1.059).

"Le risque d’être confronté à de faux billets reste donc faible", souligne la Banque nationale de Belgique, tout en rappelant qu’il est facile de détecter de fausses coupures grâce à la méthode "toucher, regarder, incliner."