Argent La passivité de l'épargnant lui a coûté beaucoup de sous.

Le constat n’est pas neuf : la fidélité bancaire est rarement récompensée.

Elle est même coûteuse si ce mariage de raison vous a poussé dans les bras d’une banque n’étant pas un modèle de générosité.

Cela peut se chiffrer en centaines voire en milliers d’euros…

"Le Belge avec une économie de 30.000 euros sur un compte épargne classique en 2009 a manqué l’occasion de gagner jusqu’à 4.000 euros d’intérêts en plus s’il avait placé son argent sur un compte épargne à rendement élevé auprès d’une autre banque", explique Wouter Vanderheere, co-fondateur et gérant de la plate-forme de comparaison financière TopCompare.be.

"Même celui qui a une préférence pour un compte épargne classique aurait pu gagner en moyenne jusqu’à 600 euros de plus s’il avait opté pour une plus petite banque au lieu d’une des quatre grandes banques du marché belge", poursuit-il.

La passivité des épargnants est bien connue des banques, qui ont de longue date tablé sur cette frilosité pour maintenir leurs taux de rémunération assez bas.

Un Belge qui a laissé son argent sur un compte épargne classique auprès d’une des grandes banques a manqué l’occasion d’obtenir un rendement de 2 % de plus sur ses économies en 8 ans, selon cette étude.

Or, faire le bon choix se traduit par une différence sonnante et trébuchante.

Petit exemple avec toujours ce montant de 30.000 euros déposés en janvier 2009 et auquel vous n’avez pas touché depuis lors.

Le compte Fortuneo Fidelity Plus vous aurait offert le rendement le plus élevé, soit un rendement annuel moyen de 2,23 %, selon TopCompare.be.

Si cet argent avait au contraire été déposé sur le compte épargne classique d’Axa, le rendement annuel moyen aurait cette fois été de 0,72 %. Pas trop parlant à première vue ? Cela fait 4.000 euros en plus ou en moins dans votre poche. Certes, les écarts sont aujourd’hui plus modestes entre les challengers d’hier et les banques classiques : la rémunération du compte Fortuneo Fidelity Plus plafonne désormais à 0,25 % de rendement annuel, contre 0,11 % pour le compte Epargne I Plus, qui navigue d’ailleurs dans les mêmes eaux que des dizaines d’’autres comptes d’épargne de BNP Paribas Fortis, ING, Belfius Banque, KBC-CBC…


Une pincée de risques

Les milliards n’en finissent plus de s’accumuler sur les comptes d’épargne qui, pourtant, ne rapportent plus grand-chose.

L’épargnant a plus que jamais intérêt à utiliser une partie de ses avoirs dans des produits plus risqués.

La comparaison effectuée par TopCompare.be entre le rendement de l’épargne et celui d’un placement dans un fonds de valeurs belges est sans appel.

"Si début 2009, vous aviez pris le risque d’investir 30.000 euros dans le BEL20 via un fonds, cela vous aurait rapporté 18.000 euros en tenant compte des impôts sur les gains et de la taxe boursière", remarque Wouter Vanderheere. "Cela signifie environ 14.500 euros de plus que sur le compte épargne classique moyen, soit un rendement annuel net moyen de 6 %".

Bien entendu, un placement boursier n’est pas immunisé au risque. D’où l’intérêt de versements réguliers et pas forcément d’un montant élevé.