Argent Un mail frauduleux circule vous laissant croire qu’un paquet vous attend à la poste…

Les arnaques par internet sont légion. Souvent, elles passent par vos e-mails. Et tous les coups semblent permis. Que ce soit une personne soi-disant à l’agonie qui ne sait pas à qui léguer son argent, une autre qui se fait passer pour un ami dans le besoin ou encore cette tombola dont vous êtes l’heureux gagnant sans jamais avoir joué.

Ah, si tous ces mails étaient authentiques et ne relevaient pas de l’arnaque, nous serions déjà tous aussi riches que Donald Trump.

Mais si l’on a coutume de dire que, plus c’est gros plus ça passe, la méfiance et la récurrence de ce type d’arnaque font que de moins en moins de personnes tombent dans le piège. Les arnaqueurs le savent et ont donc décidé de se renouveler, en proposant des mails semblant de plus en plus réalistes et, en apparence, sans gros risques.

Ainsi, c’est l’identité de la société Chronopost qui est actuellement usurpée pour tenter de vous escroquer.

En apparence, un mail banal vous annonçant qu’un colis vous attend au bureau de poste. La suite doit éveiller votre méfiance. Le courrier vous annonce en effet que vous disposez de 96 heures pour le récupérer avant retour à l’expéditeur. Aucune société de livraison n’impose un délai aussi court pour retirer un colis, sachez-le !

Bien sûr, ce soi-disant colis qui vous attend n’existe pas. Et on ne vous propose d’ailleurs pas d’aller le retirer dans un bureau de poste ou un point relais. Pour le recevoir, on vous demande donc d’appeler un numéro (0903 XXXXX), où l’on vous délivrera un code de confirmation à envoyer à une adresse mail qui vous est fournie.

Là aussi, il s’agit d’une procédure qu’aucun opérateur du marché ne met en place. D’ailleurs, l’adresse mail mentionnée doit toujours éveiller votre attention. Parfois, les fraudeurs changent une lettre d’une adresse authentique, ce qui est difficile à repérer. Dans d’autres cas, l’adresse est totalement farfelue ou fait référence à une extension qui n’est pas employée par la société qui vous a prétendument envoyer l’e-mail.

Dans le cas présent, si vous tombez dans le panneau, vous en serez quitte pour un ou plusieurs appels au numéro mentionné, surtaxé bien évidemment (1,50 €/min). Pour les fraudeurs, c’est une arnaque très simple à monter et peu risquée car rares sont les personnes grugées qui vont porter plainte pour un si faible montant. Multiplié par des centaines ou des millions de personnes piégées, cela peut cependant rapporter gros…