Argent La prime annuelle ne coûte que quelques euros. L’assurance intervient en cas de décès par accident.

Cela ne représente généralement que quelques euros, qui permettent de souscrire à une assurance décès sur son compte à vue, d’épargne ou titres.

L’intérêt ? "Une assurance compte bancaire peut offrir un coussin de sécurité à votre famille en cas de décès ou d’invalidité permanente causée par un accident, et ceci à un coût très faible", souligne Wouter Vanderheere, co-fondateur et gérant de la plateforme de comparaison financière TopCompare.be. Il est nécessaire de lier cette assurance au bon compte, parce que ceci déterminera combien vos proches recevront.

Vous en disposez ? Chez la majorité des banques, cette assurance est facultative, la seule banque à l’inclure automatiquement dans ses packs étant BNP Paribas Fortis, souligne TopCompare.be

Comment cela fonctionne-t-il ? À chaque banque ses modalités. Ainsi, la rémunération perçue en cas de décès du titulaire s’élève entre 750 euros et 125.000 euros par compte assuré (vous pouvez assurer le compte à vue et le compte titre, par exemple). KBC/CBC applique un montant forfaitaire maximum de 125.000 maximum pour l’ensemble des comptes.

Le jeu en vaut-il la chandelle ? La cotisation varie généralement entre 3 et 10 euros, par an. À première vue intéressant. Même si votre solde a plutôt tendance à flirter avec un solde négatif, il y a un montant minimum d’indemnisation. Reste la probabilité que cette assurance joue. "La chance que vous décédiez lors d’un accident est relativement petite et l’assurance n’est pas valable si l’accident a été causé sous l’emprise de l’alcool ou en pratiquant des sports à haut risque", souligne encore TopCompare.be.

Comme les clients ont en principe plus d’argent sur le dossier-titres que sur le compte d’épargne ou le compte à vue, le montant de la prime est différent. C’est pourquoi les montants des primes peuvent être différents selon les produits.


L’indemnité diminue pour les plus de 65 ans

Tiens, tiens… Tous les clients ne sont manifestement pas égaux : le montant de l’indemnité versée aux héritiers du client décédé dans un accident chute drastiquement à partir d’un certain âge.

Ainsi, le montant de l’indemnité baissera lorsque l’assuré est plus âgé que 65 ou 70 ans (sauf chez Belfius).

C’est chez Axa que l’indemnité baisse le moins (en cas d’accident à l’âge de 88 ans, l’indemnité s’élève à 75 % du solde du compte bancaire).

Chez BNP Paribas Fortis, le calcul est particulièrement compliqué : l’indemnisation diminue chaque année à partir de 70 %. Selon les calculs de TopCompare.be, l’assurance ne versera que 5 % du solde si l’assuré a 88 ans.

Chez Deutsche Bank, l’indemnité chute de moitié à partir de 65 ans.

Même approche chez Nagelmackers. L’âge pris en compte est celui au moment de l’accident et non du décès.

L’indemnité sera également payée si le décès a lieu de 1 à 2 ans après l’accident. Chez KBC/CBC, cette période s’élève à 3 ans.