Argent Le produit Vivay d’AG Insurance veut assurer contre des accidents de la vie.

AG Insurance en a pris pour son grade ces derniers temps, étant épinglée par l’association Think Pink pour son produit Femina proposant une rente en cas de cancer du sein ou des organes féminins.

En cause, selon Think Pink, le fait que les femmes de plus de 50 ans, les plus exposées, sont exclues de cette possibilité de couverture. "Il ne faut pas confondre âge de souscription et âge auquel l’assuré peut bénéficier de cette couverture", tient à préciser Stefan Junqué, Head of Marketing Life Insurance. Soit.

En d’autres, termes, une personne ayant souscrit avant 50 ans sera couverte en cas de problème après 50 ans, ce qui est le cas de 4 patientes sur 5 atteintes d’un cancer du sein.

Au-délà de cette polémique, AG Insurance s’intéresse de très près à votre état de santé dans le cadre plus large de son nouveau produit Vivay, qui se décline en cinq couvertures innovantes, dont Femina.

Le questionnaire pour les assurances Loyer et Budget Mensuel vous posent en effet des questions sur un éventuel traitement, une hospitalisation ou encore une incapacité de travail lors des cinq dernières années.

Et, devinez quoi ? Si vous cliquez sur oui, un message vous annonce au terme de la simulation que "notre produit n’est malheureusement pas adapté à votre situation".

Or, ce questionnaire ne fait pas dans le détail : une hospitalisation en clinique de jour ou de minimum une nuit est déjà suffisante pour qu’AG Insurance vous annonce que ce "produit n’est pas adapté à votre situation", quelle que soit la raison de cette très brève hospitalisation que le client potentiel ne doit d’ailleurs pas mentionner.

AG Insurance explique que ce questionnaire est très standardisé car il s’agit d’une proposition numérique de produit. "La rapidité et la facilité sont importantes", souligne Stefan Junqué.

"Ce questionnaire n’est pas arbitraire", assure pour sa part Florence Motte, Head of Market Development. Les différentes questions, aussi larges soient-elles, doivent permettre de cerner le risque. "Il faut bien placer le curseur quelque part. Si nous demandons par exemple si la personne suit un traitement pour plus de trois semaines consécutives, c’est parce que c’est le signe qu’il y a quelque chose d’important".

Le client potentiel peut également plaider sa cause en téléphonant au service clientèle ou en contactant le médecin d’AG Insurance : il pourra alors être assuré si le bobo qu’il a eu par le passé n’était pas trop grave. Encore faut-il le comprendre car le message n’est pas très clair.

AG Insurance insiste encore sur le fait que cette approche restrictive permet d’offrir des couvertures adaptées au plus grand nombre pour des primes peu élevées couvrant les risques de perte d’emploi, de décès et d’incapacité de travail. "Or, beaucoup de personnes n’ont pas de réserves financières pour faire face à des coups durs".


Vivay, c’est cinq produits et plein de conditions à remplir

Le concept Vivay se décline en cinq produits. Pour chaque assurance, le client pourra choisir entre trois formules qui fixent le montant assuré et la prime en fonction de ses besoins. Pour l’assurance garde d’enfant, la prime varie entre 8 et 20 euros par mois, ce qui vous accorde en cas d’activation de l’assurance une rente de 800 ou 2.000 euros, pendant six mois maximum, et ce par année d’assurance.

L’assurance intervient, logiquement, dans des conditions précises. Elle ne jouera pas si le bébé ou l’enfant est malade pour quelques jours. "Nous verserons la rente prévue si l’enfant ne peut aller à l’école pendant au moins vingt et un jours consécutifs", explique Florence Motte. Un certificat médical doit l’attester. C’est une assurance par enfant.

L’assurance budget mensuel répond également à des critères qui limitent le risque : vous devez être salarié (au moins à mi-temps et dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée). Si vous avez un CDD ou êtes indépendant, ce n’est donc pas pour vous.

En cas de perte d’emploi, l’assurance n’intervient pas directement. "Nous intervenons six mois après le préavis." La logique ? "Nous intervenons quand les revenus commencent à diminuer." L’intervention est de six mois maximum. AG Insurance arrêtera son versement si vous retrouvez un emploi durant cette période.