Argent

Ces vingt dernières années, la progression des salaires des fonctionnaires a été de 5% plus élevée que dans le secteur privé, ressort-il d'une étude de l'Ires, l'Institut de recherches économiques et sociales (UCLouvain), citée par L'Echo jeudi. 

De 1995 à 2015, les salaires ont davantage progressé dans le secteur public (y compris pour les enseignants et les travailleurs du non-marchand) que dans le secteur privé.

En dépit d'une forte interrelation entre le secteur public et le privé, ce dernier a perdu progressivement du terrain. Au premier trimestre 1995, l'écart entre le public et le privé en termes de salaire horaire moyen était de 0,22% en défaveur du privé. En 2015, cet écart est passé à 5,5%. Le décrochage s'est effectué en deux phases: d'abord entre 1995 et 1998 (-3%) dans la foulée du plan global, ensuite après la récession de 2008-2009 (-2%).

Trois explications sont avancées par l'Ires: le déclin de l'industrie manufacturière au profit des services, où le pouvoir de négociation est traditionnellement plus faible, une modération salariale structurelle, et la crise de 2008 qui n'a toujours pas été digérée.

L'étude de l'Ires montre que les effets de la récession de 2008-2009 se font sentir encore aujourd'hui dans le secteur privé. Certes, les salaires ont repris leur progression depuis lors, mais il subsiste toujours un effet de niveau par rapport à la trajectoire de référence. "C'est pourquoi on ne récupérera jamais tout à fait ce qui a été perdu en 2008-2009", indique Henri Sneessens, professeur d'économie à Luxembourg, chercheur associé à l'Ires et coauteur de l'étude.