Argent Jusqu’à 1,50 % de taux annuel global. C’est bien mieux que 0,11 %, non ?

Les rendements de l’épargne sont tellement faiblards que les Belges laissent dormir des sommes de plus en plus importantes sur leur compte à vue.

Les derniers chiffres de la Banque nationale évoquent un montant moyen de plus de 5.000 euros par compte, en forte progression depuis de longs mois.

C’est compréhensible. Pourquoi transférer de l’argent d’un compte qui ne rapporte rien - 0 % - vers un compte qui rapporte à peine plus - 0,01 % de taux de base ?

C’est toutefois un mauvais calcul si vous avez la possibilité d’épargner quelques (petites) centaines d’euros par mois.

Si de nombreux comptes sont désormais au service minimum - 0,01 % de taux de base et 0,10 % de prime de fidélité -, l’épargnant peut encore tirer son épingle du jeu en optant pour les comptes de type à versement régulier (voir ci-contre).

Le principe n’est plus tout à fait neuf : vous épargnez chaque mois un montant limité à 500 voire 750 euros sur un compte offrant des rémunérations bien plus juteuses que ces 0,11 %.

La dernière banque à avoir pris le train en marche est Beobank, dont le compte step up propose un rendement annuel global de 1,20 %. Les versements mensuels peuvent être maximum de 750 €, soit 9.000 € par an. Vous pouvez toutefois verser moins.

Le plus intéressant de la bande est toutefois le DB Saving Plan de Deutsche Bank. Et ce pour deux raisons. La première est un taux annuel global plus élevé, de l’ordre de 1,50 %, soit la meilleure offre du marché. Surtout, ce taux global s’appuie sur un taux de base de 1 %.

Or, ces comptes sont compliqués à souhait. En cas de retrait, ce qui arrivera bien un jour, le rendement espéré est rarement atteint puisque vous louperez notamment la prime de fidélité pour tous les versements récents (de moins de douze mois).

À rendement comparable , mieux vaut donc privilégier les comptes proposant le rendement de base le plus élevé. Les KBC Start2Save et CBC Start2Save sont dont plus intéressants que l’offre de Belfius et BNP Paribas Fortis.

Le compte Étoile de BNP Paribas Fortis permet toutefois d’effectuer un seul versement de 9.000 euros, ce qui vous évite le casse-tête du calcul des intérêts.

© D.R.


Payer pour épargner, comme en Allemagne ?

Raiffeisen Gmund am Tegernsee est une banque bavaroise totalement inconnue.

Elle vient pourtant de gagner une belle notoriété en étant la première banque à décider de comptabiliser des intérêts négatifs sur les comptes d’épargne de clients.

Ce taux négatif de 0,40 % entrera en vigueur en septembre. Concrètement, un dépôt de 10.000 euros sera amputé de 40 euros s’il reste en compte pendant 12 mois.

La mesure ne sera toutefois appliquée qu’aux seuls clients possédant plus de 100.000 euros en épargne.

Ces 100.000 euros sont fréquemment cités lorsque des taux négatifs sur les comptes d’épargne sont évoqués en Belgique.

La mesure ne toucherait pas directement l’épargnant moyen même si les gros poissons pourraient multiplier les ouvertures de comptes auprès plusieurs établissements pour éviter de douiller.

On n’en est pas encore là : le minimum légal de rendement est de 0,11 %. Les banques font le forcing pour faire sauter cette mesure. Le ministre des Finances tient bon. Pour l’instant.